Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sauce politique
  • sauce politique
  • : politique
  • Contact

Bande son

musique insérée dans les articles, de circonstance si possible

-


Add to Technorati Favorites


Recherche

8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 22:12

La gravité de l'évènement semble avoir échappé a beaucoup. La gauche dirigeante ne voit pas la rage sourde de la gauche qui ne peut que voter. Cette gauche qui se bat à son niveau, mais qui écoute avec impuissance une parole inoffensive pour la droite, celle de ses leaders. Attention à ce que cette rage ne se retourne pas contre les responsables de la défaite. Attention à ceux qui, dans les banlieues ou au ban des usines, ne se sentant pas bien défendus, pourraient se détourner à nouveau de cette gauche pour qui ils ont voté avec un noeud dans le ventre. Il ne s'agit pas là, pas encore, de sensibilités idéologiques, il s'agit de la force dans le combat, de la conduite de la campagne, du manque de punch, de densité, de verbe, de la difficulté à imposer nos thèmes et de l'innocuité des coups portés à l'adversaire. Une force nécessaire dans le combat auquel un Mitterrand par exemple ne s'est jamais dérobé. Son fantôme a dit cela très justement: "le meilleur moyen de lui reprendre des voix [à Bayrou], ça n’est pas de dire qu’il est de droite, les français s’en fichent, c’est de parler plus fort que lui contre Sarkozy". Ca vaut pour les cinq dernières années, et pour les cinq prochaines.

Il ne fallait pas un combat simplement pour la gallerie, mais un combat pour faire mal aux idées de l'adversaire. On accordera à sarkozy de n'avoir, lui, pas lésiné sur les coups portés, imposant sa vision fantasmée et mystificatrice, renvoyant la gauche à sa caricature, tout en épurant la droite au point de friser, pour lui aussi, l'autocaricature. Il a posé les termes de l'antagonisme à sa main. De son côté, la candidate de gauche a trop longtemps fait campagne comme si l'adversaire n'existait pas. Quand elle s'est mise à combattre, et notamment face à lui, son manque d'exercice a pesé lourd chez ceux qui sont attentifs à la controverse politique.


Très rapidement, la gauche doit retrouver une combativité et une densité infiniment supérieure à celle qui a été la sienne pendant ces 5 dernières années, inclus la campagne.

Le lieu du combat sera peut-être, entre autres, le palais Bourbon. Il faut donc limiter la casse en juin. Il faut, aussi, que la future opposition ne soit pas dans la continuité de la campagne. Et il ne faut pas sous-estimer François Bayrou quand il semble se préparer à incarner l'opposition à sarkozy. Il ne faudra surtout pas laisser s'imposer le sentiment, qui a pu percer -assez souvent- ces cinq dernières années, qu'il s'oppose mieux que ne le fait le PS. Le choix du porte-parole sera donc décisif.

Pour parler fort il faut parler clair, et il faut parler de la réalité. La rénovation est le vrai élément positif de la campagne de Ségolène Royal. C'est la rénovation qui peut faire que le discours de gauche soit en prise sur la réalité. Ségolène a mis le PS sur le bon chemin, mais il y a un énorme travail de cohérence et d'armature à opérer. Que sarkozy aie construit sa victoire sur la régression intellectuelle ne doit pas donner à la gauche de mauvaises idées. Elle ne battra pas sarkozy sur le terrain des simplismes. C'est une cohérence et une actualité retrouvées qui peuvent redonner à ses arguments et à ses analyses une force démonstrative accrue.

 


Fidèle à lui-même, sarkozy expose sa désinvolture sans aucune gêne. Son impudence n'a dégal que l'indifférence (quasi-militante à ce niveau) du journalisme mondain et des commentateurs télévisuels. On objectera que Paris-Match, entre autres, a depuis longtemps appris au peuple à aimer que les puissants ne lésinent pas sur le faste.

Le yacht de 60 mètres qui sert de théâtre à son ascétique introspection appartient à Vincent Bolloré. Que Vincent Bolloré se soit payé cet esquif n'est pas une information puisque le yacht est le dernier terrain de surrenchères à la mode chez les grandes fortunes: quand on a trop de fric pour en faire quoi que ce soit, il ne reste plus qu'à trouver une nouvelle manière de jouer à celui qui pisse le plus loin.

Ce qui est intéressant est que c'est un signe supplémentaire de rapprochement de sa part. Séguéla (dont Bolloré est le patron) avait déjà posé le jalon minimum de son soutien à sarkozy pour ne pas insulter l'avenir, celui des marchés à prendre. Mais Bolloré a probablement bien d'autres choses en tête. Ce raider est réputé avoir des visées y compris dans des activités sensibles, pour lesquelles la bienveillance de l'Etat serait nécessaire.

 


NB: Ce blog continue. Le temps manque pour arranger la déco et la présentation mais ça viendra. Merci aux 250 visiteurs quotidiens qui me font penser que je ne prêche pas dans le désert.

Partager cet article

Repost 0
Published by Martin P. - dans PS
commenter cet article

commentaires

Martin P. 10/05/2007 10:37

En attendant les élus de Bayrou sont surtout épouvantés par son gauchisme, et Bayrou est presque à poil
à chaque élection, Bayrou se déleste de la majeure partie de ses élus
Diificile d'exister au parlement sans former de majorité.
Bayrou doit proposer clairement une union à l'italienne

paul 09/05/2007 21:23

Mitterrand a raison : les français s'en branlent de voter pour un candidat "de droite", il ne sert donc à rien d'agiter l'épouvantail "droite" comme un épouvantail pour que les électeurs s'éloignent de Bayrou et aillent au PS. Je m'étonne qu'il vous faille attendre les enseignements du vieux pour que vous découvriez ça.

Martin P. 09/05/2007 20:01


My mistake: Bolloré est depuis longtemps dans une manoeuvre d'approche:
***********
AFP: sarko est "depuis vingt ans" l'homme d'affaires Vincent Bolloré, propriétaire du bateau et du jet privé qui l'a conduit à Malte. "Cela fait vingt ans qu'il m'invite et vingt ans que je refuse", a-t-il ajouté, en soulignant que Vincent Bolloré n'avait "jamais travaillé avec l'Etat". "Je souhaite pour l'économie française beaucoup de Vincent Bolloré", a-t-il dit.
Accompagné de son épouse Cécilia et de leur fils Louis, il y avait atterri lundi à bord d'un jet privé, propriété de l'homme d'affaires Vincent Bolloré, avant d'embarquer à bord d'un Yacht qui lui appartiendrait également.
*********
Ajouter que le canard de la semaine dernière précisait qu'après avoir harrangué les bourges parisiens à bercy, tout en se réclamant du peuple qui ne va pas dans les palaces, sarkozy était déjà allé en jet privé rejoindre le soir même du 29 avril un hotel de luxe nommé "cala rossa", à porto vecchio, en corse.

Killcow 09/05/2007 12:32

Oui, la gauche fait exactement ce qu'il ne faut pas faire. Incapable d'endiguer la montée de Bayrou, qui démontre bien le ras-le-bol que les Français ont de la gauche, étant donné qu'elle mène de mauvaises campagnes, qu'elle s'est totalement déconnectée du peuple. Face à ça, des mesures drastiques s'imposent: virer les éléphants, qui ne sont là que parce qu'ils espèrent un jour satisfaire leur ego en ayant un gros poste. DSK, Fabius, Emmanuelli, Hollande, Jospin, eux doivent laisser la place aux nouveaux: Royal, Montebourg, Delanoé, etc. Rénover le PS est impossible sans changer de dirigeants.

mat 09/05/2007 12:03

http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/politique/20070509.OBS6338/segolene_francois_et_les_autres.html