Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sauce politique
  • sauce politique
  • : politique
  • Contact

Bande son

musique insérée dans les articles, de circonstance si possible

-


Add to Technorati Favorites


Recherche

13 juin 2007 3 13 /06 /juin /2007 11:40
L'abstention record, qui est l'évènement vraiment significatif de ce 1er tour, est une nouvelle humiliation de l'assemblée nationale. Pour lever d'éventuelles ambiguités après le post précédent: l'impotence du parlement n'est pas une bonne nouvelle, mais une réalité qu'il faut diagnostiquer, et que le semblant d'assemblée qui va subsister risque d'occulter.
Sarkozy veut des contre-pouvoirs de pacotille pour mimer la vie démocratique. Quand il "sauve" Bayrou, il sauve surtout les apparences, mais la dimension délibérative de la vie politique sera largement factice. De même pour la dimension sociale: l'entrée en scène des syndicats ne se conçoit qu'après qu'ils aient été préalablement désarmés et soigneusement décrédibilisés. De même pour l'information: une presse indépendante est une presse apprivoisée et encadrée par ses propriétaires d'un coté, par les annonceurs de l'autre.

Bien sûr, le journalisme mondain, qui est bon public, ne se lasse pas de chanter la geste sarkozyenne. Peu importe l'abstention. Pour Nicolas Beytout
, "La démocratie ne devrait pas forcément en souffrir", pourvu que la "vague bleue" promise soit là, preuve qu'une "nouvelle France se dessine", fût-ce avec la reconduction des précédents. Même pour Joffrin, "cette victoire aux trois quarts achevée est le résultat d'une sorte de sans-faute sarkozyen".
Il y a peut-être quand même autre chose qui a aidé, c'est que ce même journalisme mondain n'a cessé ces dernières semaines de répéter inlassablement que le PS n'a rien compris, que le PS est archaïque, que le PS a tout faux, dans une campagne législative qui était supposée être équitable. Dans le même temps, sarkozy était admiré pour au moins trois choses: son habileté, son habileté, et son habileté. Le Très Habile, une fois toutes les cartes en main le 6 mai, a simplement fait se coucher les uns aux enchères, et mis à poil les autres. Les commentateurs, tels la marionnette de Patrick Bruel, ont cependant fait comme si la gauche n'avait pas hérité d'une paire de deux le 6 mai.

Cela fait maintenant assez longtemps que le journalisme se réduit à donner raison aux vainqueurs, tort aux vaincus, et à faire de la pseudo-habileté la condition suffisante et nécessaire de leurs louanges. Il est permis de suggérer que la critique goguenarde réservée jusqu'ici au seul PS dirige son regard acerbe vers par exemple la phénoménale connerie du "choc fiscal". Voire d'approfondir sinon chiffrer l'analyse selon laquelle une hausse de la TVA (déjà faite) associée à une baisse des charges (déjà faite) serait une mesure sociale. Mais peut-être est-ce trop demander?

-

Petite mise à jour: voir le point d'Olivier Bouba-Olga sur la question de la TVA sociale (avec références en supplément à la fin)



On parle peu des affaires étrangères, peut-être parce que le caractère quelque peu brouillon du nouveau président ne suscite souvent qu'un silence poli, comme le signal le journal suisse "le temps". Il y a cependant quelques éléments édifiants:

* Kouchner déclare:
"Moi je ne suis pas les Américains, je ne parle pas de génocide. Mais d'ailleurs, à un moment donné j'ai dû déraper.". Effectivement, il semble qu'il commence à manger son chapeau car dans une tribune publiée dans les colonnes du Monde le 26 décembre 2006, M. Kouchner évoquait "la réalité du génocide"

*
Au même moment, on apprend que Colin Powell prend ses distances avec Bush après moult couleuvres avalées, pour se rapprocher des démocrates, multipliant les déclarations fracassantes sur l'Irak.

*
Kouchner, lui, se "fauconise" encore un peu plus, approuvant par avance un bombardement de réfugiés pourvu qu'on évacue le plus de civils possible. On se rappelle alors que sur la seule affaire étrangère vraiment clivante ces dernières années, à savoir l'Irak, Kouchner était pour et toute la gauche était contre.

* De son côté, Powell demande la fermeture de Guantanamo.

Bref, le chassé croisé est saisissant.

Au fait, il parait que sarkozy fait le tour de tous les pays pour vendre son traité simplifié, même au G8. La simplification, c'est toujours bien. Du coup tout le monde a l'air d'applaudir. Mais on applaudit à quoi exactement?  Quelqu'un sait-il ce qu'il y a exactement dans son traité simplifié?

Partager cet article

Repost 0
Published by Martin P. - dans sarkozy
commenter cet article

commentaires

David Mourey 01/07/2007 18:45

Bonjour,Vous dites : « Petite mise à jour: voir le point d'Olivier Bouba-Olga sur la question de la TVA sociale (avec références en supplément à la fin) »Le popint de vue de cet économiste peut être discuté largement, ou tout au moins nuancé.Il me semble, après une lecture assez approfondie de différents rapports et avis sur la TVA sociale que les avis sont partagés et souvent nuancés en ce qui concerne cette mesure. Que ce soit sur ces effets sur la compétitivité prix, sur les délocalisations, sur l’emploi, sur l’inflation, sur les transferts de main d’œuvre entre secteurs…D’abord, nous ne connaissons pas pour l’instant le dispositif précis qui sera éventuellement appliqué. Rien n’est encore certain car les modalités précises de la mesure ne sont pas connues. Il est donc bien difficile de tirer des conclusions solides sur ces effets potentiels, positifs ou négatifs, pour les ménages, les entreprises, la compétitivité, les finances publiques, le financement de la protection sociale… Comment chiffrer précisément les effets divers de la TVA sociale sans avoir toutes les données nécessaires aux calculs ? Tout au plus pouvons-nous tenter de synthétiser les effets estimés selon les différents scénarios et les divers impacts envisagés.Il reste donc à définir à partir d’une étude plus approfondie les modalités de mise en œuvre de la TVA sociale et de la phase d’expérimentation. J’ai d’ailleurs proposé sur mon blog, « Démocratie Economie et Société », 4 billets sur cette mesure.En conclusion, je retiens ici, une formule de jean Pisani-Ferry, « avec la TVA sociale pas de miracle en vue. la TVA sociale ce n’e sera pas une solution miracle, mais ce ne sera pas non plus la mesure à l’origine de tous les maux.« Au total, on peut revoir à la marge l’équilibre entre cotisations sociales et TVA, mais cela ne changera rien de fondamental aux problèmes de notre économie. »Enfin, la TVA sociale poursuit une politique de baisse des cotisations sociales qui a débuté en 1993 sous des gouvernements de gauche et de droite.Voir le blog Démocratie Economie et Société :http://democratieetavenir.over-blog.com/Bien cordialement,David Mourey 

Juan 18/06/2007 21:33

Cette 6ème semaine de la Sarkofrance se termine sur une note d'espoir pour la vigilance. elle jette les bases d'un renouveau de la résistance.Résistance insitutionnelle, d'abord.même si Sarkozy aura tous les pouvoirs pour appliquer son programme, et cette Assemblée, faute de scrutin proportionnel, ne reflète pas la réalité politique du pays.Résistance politique, ensuite.Cette 6ème Semaine est aussi celle des premiers signes de vérité sur le Sarkozysme: un Président qui dérape en pleine conférence de presse au G8 (ivre ou stressé ?), TVA Sociale, éclats de racisme chez certains candidats (la Sylvie Noachovitch est devenue la star des blogs), l'arrogance insultante de Fillon et Copé contre l'opposition, les premiers retraits écologiques d'Alain Juppé (OGM).L'opposition a frôlé la disparition institutionnelle voire politique pure et simple. A elle de proposer, de se rassembler, de débattre. elle a su se saisir de la TVA sociale pour rappeler la réalité de l'action à venir du Président Sarkozy.Résistance sociale et citoyenne, enfin.Grâce au Web, la video d'un Sarkozy ivre a été vue largement (7,5 millions de fois en 5 jours sur YouTube et Dailymontion); le débat sur la TVA sociale a été largement commenté et ouvert; et la réalité des meetings filmés (Dati, Noachovitch) a pu modérer ou contredire les comptes rendus de la presse écrite. Une presse sarkozysée, dont LE FIGARO en est l'emblême absolu et sans conteste. les syndicats, un moment silencieux, ont commencé à réagir : contre les heures supplémentaires (cf. l'appel commun de la CGT et la CFDT); contre la fausse concertation sur l'autonomie des universités (cf. l'appel de 16 organisations); contre les mesures Hortefeux sur l'immigration choisie et les expulsions.Continuons

newsroom 18/06/2007 14:20

Excellente initiative, bravo et bonne continuation!! C'est vrai que vous collez à merveille avec l'actualité !!La vague bleue annoncée n'est donc qu'une vaguelette. Les estimations se sont révélées erronées.Si l'actualité vous intéresse, vous la retrouverez traitée simplement et de façon complète sur http://newsroom.zeblog.com/. Nous vous attendons!

Killcow 16/06/2007 19:02

Aaaah, nos bons journalistes si indépendants..... ce qui m'avait frappé, c'est que 2 jours après l'élection de Sarko Ier, il y avait une perquisition au Canard Enchaîné. Et maintenant, cette campagne législative, que les journalistes, à grands renforts de sondages 500/80 députés, de "ballotages défavorables pour les candidats de gauche", de "vague bleue", etc, découragent les pauvres petits sympathisants de gauche (j'en connais pas peu). Par ailleurs, SR s'est lâchée chez Pujadas, l'autre jour. C'est bien, il faut dénoncer l'autocensure!D'ailleurs, a-t-on imposé une égalité de temps de parole comme pendant la présidentielle? J'ai bien peur que non! A-t-on plus précisément parlé de la campagne législative autrement qu'en couvrant les meetings de Fillon et Hollande, et en répétant à tort et à travers que de toutes façons, cette campagne allait s'achever sur une vague bleue.Kouchner n'est pas et n'a jamais été socialiste, mais comme il ne gênait pas le PS, on ne l'a jamais viré, et dans l'inconscient collectif, il était de gauche, et NS fait de l'ouverture. A quoi sert l'ouverture si le programme appliqué est toujours le même, à savoir de gauche?L'ouveture finira par bénéficier aux socialistes, en les débarassant de leurs boulets: oui, Kouchner est un boulet. Et s'ils pouvaient prendre DSK, Fabius et Jospin, ça nous arrangerait aussi. ^^

Martin P. 14/06/2007 10:39

merci, j'essaie de faire de la sauce épicée mais pas trop lourdedécouragement, un peu, plutot désabusé, mais le remède est dans le mal: le "ragement", tout court