Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sauce politique
  • sauce politique
  • : politique
  • Contact

Bande son

musique insérée dans les articles, de circonstance si possible

-


Add to Technorati Favorites


Recherche

29 janvier 2008 2 29 /01 /janvier /2008 14:45
Bouton finit donc par être lâché tardivement par son "ami" nicolas (qui auparavant lui téléphonait volontiers pour s'entretenir de la "bonne gouvernance"). Il rejoint donc Arnaud Lagardère au rayon des "ex". Bolloré devrait se méfier. Quoique, vue la notoire munificence de ce dernier, nicolas pourrait-il le laisser tomber aussi facilement que le pauvre Daniel? on peut en douter et c'est tout le problème.

En tous cas, les journalistes de compagnie, qui avaient un peu de mal à questionner la responsabilité du plus haut responsable (et par ailleurs gros annonceur), ont été pris à contre-pied et nous sommes actuellement dans ce flottement caractéristique des masses grégaires ne sachant plus vers où moutonner.
Il faut dire que la grégarité ordinaire s'est additionnée de cette grégarité particulière qu'on qualifiera de "tropisme légitimiste": il s'agit pour celui qui s'y adonne d'adopter la posture techniciste, celle qui abuse du jargon et de l'effet "blouse blanche", pour contrer les analyses fondées sur des logiques politiques et des stratégies de pouvoir, en prétendant se placer au-dessus. Evidemment cette duperie (en l'occurence la microcosme financier cautionnant la stratégie de la SG) appuie généralement les positions dominantes.

Le sang qui goutte conséquemment au coup de couteau du poignardeur en chef devrait néanmoins leur suggérer un retournement acrobatique et les voir crier haro sur la bête.
D'autant que le scénario vendu par la direction de la société générale présente des audaces (voir plus bas) que la "communication de crise" ne masquera plus longtemps. Le martèlement du vocable "fraudeur" aura fait son effet: dans un bel ensemble la presse aura repris les termes tels quels sans même y ajouter la précaution "selon la direction de la Société Générale". Bref, c'est passé comme une sarkozerie à TF1.

Sauf qu'en y regardant de plus près, la séquence dans laquelle s'inscrit la "découverte" est très resserrée, et l'analyse de l'histogramme ci-dessous aux alentours du 18 janvier suggère des scénarii alternatifs:

graph.gif1/ Entre le 15 et le 18 janvier, le cac40 se prend une baffe maousse: 300 points dans la gueule

2/ Le vendredi 18, "la direction découvre la fraude"

3/
Le 21 janvier, ça fait "crach": re 300 points dans la gueule en une journée (-7%)

-> "La direction" n'aurait-elle pas violemment serré les fesses? pour "découvrir", ce faisant, qu'un étron de gros calibre les y avait pris par surprise?

Tout se passe comme si l'"évolution des marchés" avait quelque peu incité la direction à faire un poil de zèle dans la chasse aux "milliards mal exposés", leur "découverte" n'étant donc pas totalement fortuite. Certains initiés ayant même anticipé sur sur la découverte, semble-t-il.
Par ailleurs, difficile de nier que tout larguer quand tout est en chute libre, ça a peu de chances d'être gagnant. Et quand le petit con explique que si les cours étaient restés en ligne avec les mois précédents 3 jours de plus, il n'y aurait pas eu 5 milliards de perte, ça ressemble un peu à une évidence.

En résumé, la direction découvre les 50 milliards "exposés" vendredi 18 au soir, pile-poil au moment où on arrive assez bien à anticiper la grosse cacade qui suivra la pause du week end. En effet, dans ces cas là, ça papote pas mal dans la basse-cour, où l'ambiance était "clairement baissière".

[NB, à propos du lien ci-dessus: les objets mathématiques mis en place pour essayer de suivre et anticiper les évolutions laissent assez songeur. Il ne s'agit là aucunement d'analyse économique mais de purs modèles algébriques tentant de percer les obscures lois qui régissent les soubressauts de la bulle spéculative, vue en soi et pour soi. Ah, la "ligne de cou" d'une "tête-épaule", à l'appui de cette mirifique conclusion: "cac40, potentiel baissier épuisé?". C'est poétique mine de rien, peut-être l'influence de la Bruni?. Il reste que le spectacle des courbes en "V" abyssal laisse plutôt penser que le monde des boursicoteurs se divise en deux catégories: ceux qui chient dans leur froc, et ceux qui se pissent dessus. Une fréquentation particulièrement recommandable donc.]

Bref, Daniel Bouton devrait se prendre une mandale sur sa tronche à lui (une démission sans gloire mais avec explication de texte), ce qui est très souhaitable.

Il se trouve que le monsieur aux 10 millions annuels, s'il compte d'assez nombreux hagiographes dans la presse, s'est tout de même pris une condamnation pour blanchiment il n'y a pas si longtemps. Il avait innocemment laissé circuler de l'argent sale, en toute connaissance de cause. Lui et ses choristes avaient alors poussé d'assez pénibles cris d'orfraie, et lancé une campagne de dénigrement de la juge Xavière Siméoni. Sauf qu'aujourd'hui les banquiers y regardent de beaucoup plus près, au problème du blanchiment, démontrant ainsi que foutre des baffes aux chefs (et non aux sous-fifres) reste une méthode éprouvée pour obtenir des résultats.

Et il serait quand même étrange que le gars qui se prend 5 milliards soit le meilleur de la classe en matière de contrôle et de gestion du risque.

-

PS: ajoutons au dossier Bouton, qui est assez épais, que ce PDG a été d'une éthique assez particulière vis-à-vis de ses salariés. Ce sont les actionnaires salariés (ASSACT) qui lui ont permis de passer pour un cador des OPAs et un as de la navigation par gros temps, lors de la tentative d'OPA de la SG sur Paribas, suivie d'une contre-OPA de la BNP de Pébereau sur Paribas et la SG. Or Daniel Bouton n'a pas renvoyé l'ascenseur aux salariés quand l'occasion s'est présentée, il a préféré se goinfrer tout seul et se fiscaliser en Belgique.

Nous essaierons d'y revenir, mais pour l'instant les recherches google sur Daniel Bouton sont polluées par l'affaire en cours, ce qui a enfoui les infos ayant trait à son passif. Quelques liens cependant:

http://www.leblogfinance.com/2007/06/socit_gnrale_la.html

http://www.lexpansion.com/economie/les-syndicats-lancent-une-opa-sur-l-actionnariat-salarie_13382.html

http://www.lexpansion.com/economie/daniel-bouton-le-cerveau-de-la-generale_21936.html

http://www.socgen.com/rse/developpement_durable/gouvernement-entreprise.html

http://www.infos-des-medias.net/les-medias-defendentils-daniel-bouton.php

nti_bug_fck

Partager cet article

Repost 0
Published by Martin P. - dans économie
commenter cet article

commentaires

Martin P. 30/01/2008 00:09

attends je t'en mets du blog boursier:La cassure de la 'ligne de cou' des 5.255Pts a confirmé la formation d'une splendide figure de type 'tête/épaules' de séquence 5.770/6.170/5.870: la validation d'un signal baissier majeur (le 16 janvier) induit un potentiel de repli mécanique de -920Pts, soit un objectif moyen terme de 4.340Pts qui correspond au plancher d'octobre 2005.Après le test des 5.150Pts, les supports les plus facilement identifiables se situent désormais à 5.020Pts (plancher de septembre 2006) ou 5.000Pts (palier psychologique) puis 4.930Pts (-20% par rapport au zénith long terme des 6.170Pts).[pour connaitre la suite cliquer sur le lien dans le billet]

Nicolas J 29/01/2008 22:02

Mon Dieu ! Un blog boursier !