Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sauce politique
  • sauce politique
  • : politique
  • Contact

Bande son

musique insérée dans les articles, de circonstance si possible

-


Add to Technorati Favorites


Recherche

4 février 2008 1 04 /02 /février /2008 20:13
Chirac---Sarkozy3.JPGDagrouik et Ivannouissant se sont récemment effarouchés de l'expression "homme de droite". En l'occurence je demandais à des interlocuteurs ce qu'ils avaient ressenti, en tant qu'hommes de droite, du comportement de sarkozy pendant le quinquennat de Chirac. On pense aux provocations permanentes, qu'elle soient publiques ou sous forme de pseudo-fuites dans la presse, que sarkozy a fait subir au Président de la République, y compris jusqu'aux Etats-Unis, contraignant le citoyen au spectacle d'une ambition enflée jusqu'à l'obscénité, manifestement responsable de sa totale absence de maîtrise.

C'est que quand on parle d'"homme de droite", on se réfère surtout à l'idée qu'on associe à l'Homme, c'est-à-dire la dignité. Et sur ce blog on a dit assez tôt que la dignité, c'était possible. On y a admis volontiers que cette dignité est également partagée à droite et à gauche. Il y a d'ailleurs des "hommes de gauche" revendiqués et assez respectés.

Mais il faut le dire quand cette dignité fait défaut, et c'est bien sur ce point que je n'ai jamais complètement compris mes interlocuteurs de droite: ce que Jean-Louis Debré souligne aujourd'hui, chacun en est conscient, et ce depuis au moins 5 ans. Comment se fait-il que soient si nombreux ceux qui à droite ont appuyé dans son ascension celui qui était tout sauf digne?

sarkozyvillepincorbeauccy7.jpg
Il est vrai que Chirac en son temps n'avait pas montré l'exemple (cf Chaban et Giscard), mais il y avait pourtant des alternatives. C'est ce qui vient immédiatement à l'esprit en entendant Dominique de Villepin ce soir même sur France Inter, au Franc-Parler. Je recommande très chaudement son excellente prestation: preuve que je ne suis pas sectaire. Il faut dire que le cher Dominique administre -assez durement- une leçon de politique étrangère, entre autres considérations remarquables à l'attention de son cher nicolas. Il évoque d'ailleurs aussi l'étrange indifférence un peu malveillante entourant l'épilogue de l'affaire clearstream (on avait dit ici qu'on attendrait surement longtemps une version plus solide que celle de Villepin).




Si j'étais député de droite, je réfléchirais à une stratégie bis qui tiendrait compte de Villepin. Si j'étais député de gauche, je me démerderais pour que le ou les leaders soient capables de parler aussi efficacement que Bayrou ou Villepin contre sarkozy, car il faudra probablement battre l'un ou l'autre en 2012.
Et ce qui précède ne vaut pas caution à Galouzeau, car s'il y a "rupture" de sarkozy sur le plan de la dignité et aussi l'abandon de quelque vertus, il y aussi, dans une sorte d'inventaire-héritage paradoxal, la perpétuation des vices. Si sarkozy a bien rompu avec la diplomatie de l'équilibre ou avec le souci de la laicité, sa politique économique et sociale inepte est en parfaite continuité avec son prédecesseur:
Chirac avait promis 30% de baisse d'impôt sur revenu en 2002, il a persévéré dans l'erreur en tenant sa promesse et en le baissant de 10% dès la première année, alors que ces baisses d'impôt ne favorisent non pas l'activité mais la rente et l'épargne.
sarkozy a fait pareil.
Chirac avait avec Villepin attaqué bille en tête le code du travail, dans un démantèlement dont le CNE et le CPE ne furent que les manifestations les plus visibles.
sarkozy a fait pareil.
Et on attend toujours la réforme des stock options, une politique fiscale franchement incitative à l'investissement, le nettoyage des niches etc...

Partager cet article

Repost 0
Published by Martin P. - dans droite
commenter cet article

commentaires

edgar 07/02/2008 22:08

oui, c'est bien ce que j'avais compris. de la part d'un outeur le respect des autres ça me fait doucement rigoler...

Martin P. 07/02/2008 10:14

Dagrouik trouve qu'"homme de droite" c'est insultant, dans le sens on réduit les gens, tout ça...moi j'ai pas de problème à me dire homme de gauche

edgar 06/02/2008 23:20

dagrouik c'est le gars qui a outé jules de chez what's next ?la paille et la poutre...

Martin P. 05/02/2008 13:42

@ Erictout à fait d'accordajoutons tout de même que sarkozy a aussi un peu contribué à l'échec de raffarin puis villepin, en prémptant les dossiers de ses collègues tout en s'accordant lui même de plus grandes marges de manoeuvre, pour s'en défausser ensuite quand ça sent trop mauvais.Bref, si ça réussit c'est pour lui, si ça rate c'est pour les autres.Sarkozy a aussi réussit dans sa guerre avec chirac parce que celui-ci a "molli": son instinct de tueur s'est largement émoussé après sa réélection, qui ne pouvait être que la dernière.Enfin, il a tué Villepin avec une trahison et une manipulation: respectivement le CPE et clearstream.Bref, globalement plutot des talents de mafiosi que d'homme politique.je ne parle même pas de son petit jeu de copinage/intimidation avec les journalistes.

Eric 05/02/2008 12:59

Paradoxalement, on peut analyser l'émergence de Sarkozy comme un symptôme du dépérissement de la droite. C'est parce que la politique de Raffarin puis celle de Villepin ont échoué dans les grandes largeur que Sarkozy a émergé. Sinon, un leader plus traditionnel aurait été choisi. C'est parce que la droite était à la ramasse (élection dite imperdable pour la gauche) que la droite, rassemblée pour la première fois depuis (depuis quand?), a décidé qu'il fallait la jouer "desperado", jouer le va tout, la politique de la terre brûlée, en adoptant un discours volontiers d'extrême droite quand il le fallait, et vaguement de gauche par moment.L'élection de Sarkozy est une alternance de droite dans la droite, après ça, on ne peut pas aller plus loin dans la droitisation. Il est le résultat, forcément peu ragoûtant, d'une stratégie Schadock: "plus ça rate, plus on se rapproche du moment où on réussira un truc". Stratégie très couteuse pour le pays, et, accessoirement, qui peut devenir désastreuse à terme pour la droite.