Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sauce politique
  • sauce politique
  • : politique
  • Contact

Bande son

musique insérée dans les articles, de circonstance si possible

-


Add to Technorati Favorites


Recherche

4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 13:10
Commentaire tardif sur la fameuse video "off" sur france 3. On n'y apprend malheureusement rien de nouveau sur les rapports tendus de sarkozy avec cette rédaction, ni sur sa propension à chercher à déstabiliser les journalistes qui lui déplaisent, ni sur son statut de champion du monde d'ajustage de veste.

La raison pour laquelle j'y reviens, après une discussion avec une connaissance, concerne sa demande de "parler de Carcassonne". On s'offusque, à juste titre, d'une énième preuve de l'ingérence exercée par sarkozy dans les médias. Cette critique se retrouve partout, mais tape un peu à coté, par l'effet d'une forme de routine et de lassitude. L'aspect le plus édifiant dans l'affaire me semble non pas le fait de cette demande, mais sa nature: pourquoi vouloir "parler de Carcassonne"? il était prévu que le journal traite ce fait divers, mais ce que demande sarkozy est surtout d'être interrogé là-dessus. On aurait pu imaginer que le Président de la République utilise son temps de parole dans une interview pour se concentrer sur les dossiers importants. Il aurait pu dire "on parlera de l'Europe?", ou encore de la Chine, des négociations à l'OMC, de l'économie française, des stock options... "et l'avenir d'Areva, hein, on en parle?".
Le fait qu'il préfère utiliser de longues minutes pour faire son numéro habituel et surfer (lourdement) sur le pathos du dernier drame survenu est révélateur du niveau auquel il est resté: assurément pas celui d'un homme d'Etat, bien plutôt celui d'un politicien désinvolte, incapable de s'élever au-dessus des facilités de la petite com', par nature esclave de la course quotidienne et âpre à la part de marché politique la plus juteuse: la beauferie à courte vue, l'incuriosité, l'indifférence bornée aux vrais enjeux.
Evidemment, dans ce registre, avec la libération D'Ingrid Bétancourt, il s'en donne à coeur joie. On oubliera donc assez vite que dans la stratégie de négociation, l'opniâtreté de sarkozy aura surtout été celle à s'attribuer le beau rôle, et ce de manière si peu équivoque qu'elle en constituait presque un obstacle à l'objectif affiché.
Le "choix de Carcassonne" est finalement ce qui nous éclaire le plus sur ce que sarkozy considère comme la télévision de qualité.

EDIT 5/07/08: L'ami
Vogelsong dit cela très bien: "Aujourd’hui défilent les journalistes, politiciens, artistes, tous engagés pour la libération de la Jeanne d’arc des Andes. Ils font de cet évènement positif leur victoire. Ils n’y sont pour rien. C’est une cause sans risque, consensuelle, où il est confortable de s’exposer (...). Aujourd’hui c’est la grandiloquente parade des combattants d’une cause sans opposition, ni contre argument."

De la libération d'Ingrid comme du "choix de carcassonne": surtout ne pas traiter les sujets problématiques.




Je ne pouvais pas ne pas aller saluer Olivier Bonnet mercredi soir, lors d'une séance de dédicaces à la librairie "résistances". Olivier a fait un travail extrêmement utile pendant la campagne 2007, de collecte, tri, sélection de l'information, qui rendait la visite de son blog bien plus efficace que de longs butinages sur le web. Et il continue encore aujourd'hui, nous offrant par exemple un article nous rapportant tout ce qu'il faut ne pas avoir raté sur la libération d'Ingrid.
Il a fait un travail équivalent il y a quelque temps sur l'"affaire Rudy H.". Je le mentionne parce qu'il a fait à la suite de cet article l'objet d'attaques indignes. Et surtout, injustifiées.

Olivier est devenu, à force, une petite encyclopédie vivante des tribulations de sarkozy, ce qui est bien utile pour les ressortir fort à propos et se rappeler à son bon souvenir. Salut à lui, donc, et surtout, achetez son bouquin!

PS: @ Hervé, je crois qu'il n'y a pas eu de bouffe après.



Ronald doutait du fait que Jospin soit intervenu pendant la campagne 2007, sur la valeur travail. Ce blog m'aura au moins permis de lui prouver qu'il l'a fait, et ce avec la force démonstrative qu'on lui connait, assez impressionnante. A ceux qui aiment ça, je recommande de le réécouter, ça contraste avec ce qu'on nous inflige habituellement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Martin P. - dans sarkozy
commenter cet article

commentaires

Martin P. 05/07/2008 01:56

@ OlivierOui, les plumonautes sont peut etre des gens timides. le PS c'etait pour Hervé, lecteur qui me posait la question.J'ai été heureux de croiser Flo py aussi

Olivier B. 04/07/2008 22:26

Merci :)PS : effectivement, plus de volontaire à part toi pour aller manger...