Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sauce politique
  • sauce politique
  • : politique
  • Contact

Bande son

musique insérée dans les articles, de circonstance si possible

-


Add to Technorati Favorites


Recherche

25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 12:05
Marianne Mikko, députée PSE au parlement européen, a présenté le 22 septembre en séance plénière un rapport sur la concentration et le pluralisme dans les médias dans l'Union européenne. Ce rapport doit être soumis au vote aujourd'hui, jeudi 25 septembre.

Nous avons relevé dans les attendus du rapport les éléments suivants :

"O. considérant que les blogs constituent un moyen de plus en plus ordinaire de s'exprimer, tant pour les professionnels des médias que pour les particuliers, que le statut de leurs auteurs et éditeurs, notamment leur statut juridique, n'est ni déterminé ni clairement indiqué aux lecteurs des blogs, ce qui entraine des incertitudes quant à l'impartialité, la fiabilité, la protection des sources, l'applicabilité des codes d'éthique et l'attribution des responsabilités en cas de poursuites en justice;"

Et dans les propositions, ceci :

"7. propose l'introduction de redevances adaptées à la valeur commerciale du contenu généré par des utilisateurs ainsi que de codes d'éthique et de règles d'utilisation pour les contenus générés par les utilisateurs dans les publications commerciales;
[...]
9. suggère – que ce soit par le biais d'une législation ou autrement – de clarifier le statut des blogs et encourage leur labellisation en fonction des responsabilités professionnelles et financières et des intérêts de leurs auteurs et éditeurs;"

Ce dernier point nous fait immédiatement penser au permis de bloguer, déjà mainte fois évoqué et toujours repoussé car ne correspondant en rien aux besoins ni aux usages en cours sur la toile.

Une fois de plus nous vient des instances européennes, ici le parlement, une initiative qui frappe, mais toujours pour les mêmes mauvaises raisons :

- Manque d'à propos dans un contexte de crise financière, de ralentissement économique, de flambée des prix.
- Interventionnisme déplacé, aveugle aux difficultés sociales mais focalisé sur le contrôle d'une société dont le mouvement est perçu comme une menace.

Tout se passe comme si le niveau d'action européen, dessaisi des questions majeures touchant à l'économie et au social, tournait son tropisme bureaucratique vers l'activité citoyenne.

Le parlement européen, et le PSE en particulier, doit se ressaisir et comprendre que son déficit d'image auprès des populations devrait plutôt le conduire à prendre des initiatives dans les domaines où il est - vivement - attendu.

En revanche, et pour rester constructifs, l'alinéa suivant nous parait intéressant dans la mesure où il garantirait l'existence du service audio-visuel public, mis à mal par les projets de Nicolas Sarkozy sur le financement de France-Télévision ainsi que sur la nomination de son président.

"13 recommande que les dispositions règlementant les aides d'État soient appliquées de façon à permettre aux médias de service public de remplir leur rôle dans un environnement dynamique, tout en évitant une concurrence déloyale qui entrainerait l'appauvrissement dupaysage médiatique;"

EDIT: projet rejeté, Finalement, l’Europe ne veut pas fliquer les blogs



Ce billet est publié en commun avec un certain nombre d'autres blogueurs: Antoine, Donatien, Gael, Ronald, Marc, Trublyonne, CC, Jon, Maxime, Annie, [un lien ici vers les blogueurs qui publient le billet et me l'indiquent].



Partager cet article

Repost 0
Published by Martin P. - dans Europe
commenter cet article

commentaires

Martin P. 28/09/2008 16:55

"instances européennes" ne forme pas un tout mais ce que ça recouvre a comme point commun ce qui est décrit dans ce billet

Valéry 27/09/2008 21:22

"les instances européennes" ça ne forment pas un tout : le Parlement ce n'est pas la commission et ce n'est pas le Conseil. On ne peut pas porter de jugement global sur leur action. C'est iun peu comme ces personnes qui parlent des "politiciens" en mettant dans le même sac socialistes et sarkozystes.En réalité si l'on peut en effet déplorer le manque d'initiatives il faut surtout se rendre compte que l'Europe ne dispose pas d'instances disposant d'une compétence globale qui l'autoriserait à s'exprimer et à agir dans tout les domaines.

Martin P. 27/09/2008 13:29

@ Valéryun titre ça ne prétend pas à être complet et rigoureuxce qui est critiqué est essentiellement le hors-sujet permanent des instances européennes. c'est tout de même un peu assourdissant le silence actuel sur la crise financièreje crois pas qu'en europe la priorité soit le controle de la société

Valéry 26/09/2008 22:18

En fait lkes choses sont bien faites : la résolution est adoptée mais le passage étrange concernant les blogs a été retiré : http://www.europarl.europa.eu/news/expert/infopress_page/039-37795-266-09-39-906-20080922IPR37794-22-09-2008-2008-true/default_fr.htm

Valéry 26/09/2008 22:07

Ton titre est aussi mauvais que ceux que le secrétaire de rédaction colle aux excellents papiers de Jean Quatremer."L'Europe" n'est pas un objet abstrait et non identifié. Il eut fallu écrire ici : "Une députée europénne joue avec les blogs".Le fait est qu'un élu au Parlement européen a bien plus de marge de manoeuvre qu'un élu national pour se faire entendre et peser. Ici, cette dame a - au milieu d'un rapport par ailleurs pas inintéressant - développé une lubie de veiller à la qualité des blogs. Cela ne me choque pas qu'une camarade, puisqu'elle est socialiste, puisse vouloir débattre du sujet tant il est vrai que l'on trouve nombre de propagateurs de fausse rumeurs sur le net. Mais à côté des huluberlus comme Chouard, il existe des centaines de bloggueurs dont la contribution est inoffensive ou intéressante.Au final on ne peut que se réjouir que comme souvent le Parlement européen est un lieu où se déroulent de vrais débats, et non pas une chambre d'enregistrement comme le pathétique parlement français, et où la majorité des élus se préoccupent de nos libertés. Coup sur coup, le Parlement européen a mis un frein aux veilleités liberticide des majors du disque, via le truchement d'Albanel, et au rapport de Mme Mikko(en toute hypothèse sans conséquences légales celui-là).On peut regretter que ces propositions très limites aient pu faire écarter dans le même temps les critiques très réelles sur la concentration des médias qui figurent dans le même rapport, situation qui sert surtout les courants conservateurs voire ultraconservateurs comme dans les îles britannqiues.