Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sauce politique
  • sauce politique
  • : politique
  • Contact

Bande son

musique insérée dans les articles, de circonstance si possible

-


Add to Technorati Favorites


Recherche

30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 00:33
L'évènement du week end devait être la Fête de la Fraternité au zénith de Paris, et à n'en point douter le look de Ségolène Royal et la forme de son discours devaient prévisiblement contribuer à attirer l'attention. Pourquoi pas.

Mais à voir la vidéo, l'acharnement de Ségolène à surjouer l'aisance y fut d'autant plus touchant qu'elle en manqua totalement. On peut même penser que ses prompteurs furent plus des handicaps qu'une aide dans cet exercice, et que l'usage de traditionnelles feuilles de notes lui auraient probablement donné plus de naturel, naturel qu'elle sait parfois adopter dans certaines interviews.
Si Ségolène a surmonté son assez perceptible manque de goût pour la scène, c'est pour reprendre une posture qu'on lui a déjà connue: Je porte vos valeurs, ils sont contre moi, c'est donc avec moi ou contre moi, jamais je ne reculerai, bref, c'est moi ou le déluge.
Autant dire que l'hypothèse Royal est toujours d'actualité et le restera, quelle que soit la candidature à l'ordre du jour. Sauf que cette hypothèse, surtout présentée ainsi, est la principale hypothèque sur le succès de sa motion. En procédant de cette manière, chacun comprend qu'elle veut l'emporter sans rien devoir à personne, qu'elle pense incarner la rénovation, et que sur ces bases la délibération collective promet bien du plaisir.
Comme en d'autres occasions, elle impose sa personne comme donnée principale, et cela ne peut que crisper ses adversaires comme ses supporters, et aussi gêner dans son propre camp ceux qui étaient tentés par une conciliation y compris avec Bertrand Delanoe (Dray, Rebsamen, Collomb, Valls...). Si la manoeuvre peut avoir le mérite de resserrer les troupes derrière elle, elle peut aussi avoir pour effet d'éloigner ceux que cela inquiète. C'est dommage, car si Désir d'Avenir avait mieux mis en avant une personnalité comme Vincent Peillon tout en maintenant plus fermement l'hypothèse Royal au frigo, cela aurait permis une certaine détente qui aurait rendu des rapprochements possibles entre ressortissants de la nouvelle génération signataires de motions distinctes mais qui ont une pensée convergente et pourraient conduire le parti dans le cadre d'une majorité fondée sur la cohérence idéologique.
A quand un putsch peilloniste chez DA? Peut-être faudra-t-il attendre d'être à Reims...

Partager cet article

Repost 0
Published by Martin P. - dans Ségolène
commenter cet article

commentaires

edgar 14/10/2008 00:24

Peillon est quand même le seul politique français à être parti de Merleau-Ponty pour aboutir à Ségolène...

arno 04/10/2008 14:05






Bonjour, j'ai visité votre blog et j'ai trouvé que vous publier de bon article en général, cela vous diriez-il de mettre un lien entre nos 2 blogs?
MON BLOG: http://segoleneroyal2012.over-blog.fr/
J'attends votre réponse !!! et bonne continuation !!!
Je vous invite dès maintenant à vous abonnez vous à la Newsletter !!!

Martin P. 01/10/2008 20:24

tiens c'est nouveau l'option de suivi de commentaire, je l'avais pas remarquée jusqu'icij'essaie aussi

Nicolas J 01/10/2008 16:58

Ce billet n'a aucun intérêt. Je m'abonne uniquement pour tester le suivi des commentaires par mail chez OB.(je plaisante)

Nicolas 30/09/2008 17:27

c'est vrai qu'avec Peillon, on aurait les idées, sans tout ce show people mal chorégraphié et bourré de pathos et de victimisation. Ca aurait plus de gueule ! Peillon est certainement un excellent atout. Mais osera-t-il ? :)Parfois, je me demande comment Peillon a pu se laisser embarquer dans ce genre d'aventure totalement personnalisée, et quand on voit le show du Zenith, je suis encore plus halluciné. Il doit quand même ruminer pas mal.