Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sauce politique
  • sauce politique
  • : politique
  • Contact

Bande son

musique insérée dans les articles, de circonstance si possible

-


Add to Technorati Favorites


Recherche

11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 18:40

C'est dans le fil de Partageons Mon Avis que la mauvaise nouvelle de la journée est tombée. Merci Nicolas...
Ainsi, Ségolène Royal est prête à prendre le risque de faire éclater le PS pour satisfaire son ambition. Peut-être escompte-t-elle d'ailleurs que les rares qui gardent un certain sens des responsabilités préféreront céder à cette oukase pour préserver l'essentiel. C'est la tactique de "l'anti-jugement de Salomon" dont on a déjà eu l'occasion de parler à propos de... sarkozy.
Jean-Michel Normand décrit bien cette nouvelle sorte de respect des militants: "Les grands barons de la Ligne claire, qui ont largement assuré sa majorité relative… en échange de sa non-candidature, ont été mis devant le fait accompli."




On sait donc maintenant de quelle manière Ségolène Royal prend en compte les avis de ceux qui travaillent avec elle: elle leur force la main en les mettant devant le fait accompli. Avis aux amateurs et futurs électeurs du premier secrétaire. On avait d'ailleurs noté que cette attitude valait aussi pour les positions de fond. Il n'y a donc rien de nouveau, c'était d'ailleurs déjà comme ça au moment de la campagne 2007.
Pour faire passer cette couleuvre, les ségolénistes nous expliquent que cette candidature est normale puisque "Ségolène a gagné" le vote sur les motions. Les 29% seraient donc "ses" 29%, uniquement composés de soutiens zélés. Si on observe la réalité de plus près on s'aperçoit que c'est loin d'être le cas. Prenons l'exemple de la section de notre ami Romain Blachier. Pour Romain, c'était "Collomb et uniquement Collomb", c'est-à-dire sans Royal. Romain est populaire dans sa section, et bien qu'un peu esseulé comme soutien de la motion E, ses camarades ont voté comme lui, pour la E, donc. On voit qu'il n'y a pas que dans le bouches du Rhône que le scrutin est marqué par les enjeux locaux. C'est un peu comme si les résultats locaux de l'élection présidentielle permettaient de déterminer aussi la couleur de la majorité municipale. On voit bien la nature du "système", et qui il a favorisé.
Mais là n'est pas l'abus principal: Ségolène Royal avait clairement laissé entendre qu'elle ne serait pas candidate, ce qui fait que le mandat donné par les 29% de la motion E est nettement plus ambigu que n'aurait pu l'être celui donné à Delanoë si sa motion était arrivé en tête. On voit que le raisonnement donné pour évidence, avec l'appui des simplifications du commentaire de presse, est plus proche de la falsification que de la pure logique. S'ajoute à cela que les 71% restants peuvent être perçus comme des militants qui n'auraient même pas pris le risque d'
une candidature de Ségolène (à juste titre donc), et lui sont hostiles.
Dernière supercherie: le même entourage qui annonce la candidature laisse croire que c'est par crainte qu'une candidature de Peillon ou Dray soit contrée par celle de Aubry par exemple. On peut penser, au vu de la manière dont elle s'est imposée, que Ségo craignait surtout la concurrence intérieure d'un Peillon, qui, avec un accès plus fréquent aux grandes audiences médiatiques, aurait fini par lui faire de l'ombre.
Cette situation conduit à devoir remercier Lionel Jospin (cela nous coûte), pour la réforme qu'il a introduite en 97: l'élection du premier secrétaire directement par les militants (justement pour éviter les combines). Encore faut-il qu'un autre candidat permette aux militants de répondre vraiment à la question qui n'a pas été posée pour le vote des motions: veulent-ils vraiment de Ségolène comme premier secrétaire?

Vous trouverez ci-dessous un certain nombre d'éléments éclairant ma réponse négative à la question précédente, si la dénonciation des comportements faite plus haut,
et ici, ne suffit pas. D'autres viendront probablement. Principalement, ne confondons pas rénovation de doctrine avec abandon de toute idée de doctrine.

Inconstance, imprécision, tacticisme, symptômes de l'errance politique

Du vicelard obscène et des bourgeois enfarinés

Ségoscepticisme


L'impasse... morceaux choisis


L'enjeu: l'enjouée en joue

Dominique, Ségolène et Lionel

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Martin P. - dans PS
commenter cet article

commentaires

voyance par mail gratuite 31/10/2015 11:47

Merci pour ce très bon site, vraiment un panaché de bonnes et intéressantes idées. Surtout continuez ainsi. Bon courage
Cordialement .

Voyance serieuse 31/10/2015 11:47

Vraiment agréable ce site et en plus il est complet et simple en recherche. Je t’en remercie beaucoup pour ces moments de détente .

Martin P. 12/11/2008 14:58

@ FredericJe pense que la responsabilité de SR est engagée vis à vis du parti. il n'y aura probablement pas de majorité si elle maintient sa candidature, et ce point sera alors tranché par le vote des militants sur le nom du 1er secretaire, mais le probleme politique restera entier et nous irions vers une sorte de cohabitationAlors qu'une sortie par le haut est possible: Peillon, qui permettrait une synthèse avec d'autres motions voire toutes. j'espère que c'est ce qui sortira de la nuit de samedi à dimanche ou avant si Ségolène cesse son chantage à la candidature

Frédéric Vermeulin 12/11/2008 13:51

Bonne analyse, dans cet article. Qu'elle se présente, et qu'il y ait un candidat contre elle, et on verra ! Mais tout risque bien de se décider avant, dans les couloirs du congrès...

Martin P. 12/11/2008 09:14

Je risque pas de la fermer, je vais même en rajouter pour dire exactement ce dont on parle quand on dit qu'il y a un problème de rapport à la politiqueps: rocardo-jospino-strausskahno-moscovico-delanoiste