Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sauce politique
  • sauce politique
  • : politique
  • Contact

Bande son

musique insérée dans les articles, de circonstance si possible

-


Add to Technorati Favorites


Recherche

20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 13:51
Il faut reconnaitre la capacité du camp ségolénien à faire infuser sa version simplifiée et mystificatrice de ce congrès dans le commentaire médiatique. Commentaire médiatique qui n'attend que ça: une vision simplifiée où on reconnait facilement des "anciens" et des "modernes", des "outsiders" et un "système", des victimes et des bourreaux, des bons et des méchants.
Le mot "camp" employé plus haut aura probablement sauté aux yeux, mais quand on entend une dirigeante politique employer l'expression "code d'honneur", on se demande si la politique est tout-à-fait débarrassée des logiques claniques qu'elle dénonce par ailleurs. Le sens de l'honneur est une belle chose, mais le code d'honneur fait plutôt référence à l'omerta et aux pratiques de ce qu'on appelle pudiquement le "milieu". A ce sujet, Delanoe a répondu très simplement que la liberté de vote au sein de la motion A valait aussi pour son premier signataire.

(Etant en Chine - ci-contre la grande muraille vue d'avion -, je ne peux accéder aux blogs de la pateforme over-blog, comme je l'ai déjà évoqué sur ce blog, mais je peux accéder à l'administration. Cette note donc entre autres pour répondre aux commentaires (que je vois par notification e-mail), et réagir au léger surcroit d'activité left-blogueuse que le scrutin à venir suscite).

Mystifications donc:

* Si Vincent Peillon n'a pas pu être candidat, ce serait la faute aux autres motions.
Pendant toute la semaine dernière, c'est le message qu'on entendait venant de la motion E, de manière à masquer le "fait accompli" de plus en plus accompli entre l'AG de motion E du lundi 10 novembre, la vrai-fausse annonce du mardi, l'interview du mercredi, la réunion de vendredi et enfin celle de samedi suivie de la déclaration de Valls confirmant la candidature. On l'a déjà dit mais c'est une évidence: Ce que Ségolène veut, la motion E le veut, vaille que vaille. Tenter de reporter la faute sur les autres motions, c'est vouloir faire porter aux autres la responsabilité de l'échec, et c'est aussi admettre, ce qui est peu signalé, que la candidature de Ségolène est un facteur d'échec du congrès.

* Paradoxalement, mais Ségolène n'est pas à ça près, il aura été martelé que les 29% de la motion E rendait naturelle, quasi-automatique, une candidature de Ségolène avec en plus obligation des autres motions de s'y rallier sans faire de chichis. On a déjà dit qu'étant donnée la mise au frigo de la candidature de Ségo, le mandat de la motion E s'agissant de la candidature était nettement différent de celui qu'aurait eu la motion A si elle était arrivée en tête. Reconnaissons tout de même que cette lecture des statuts, que François Hollande aura popularisé avant le congrès, était inédite et montrait assez que Hollande a perdu la main en matière d'élections.

* Ségolène aurait fait des efforts immenses pour obtenir une synthèse. En fait elle a pu donner l'impression de céder sur tout sauf sur sa candidature. Ce n'est néanmoins pas exact, par exemple il n'est pas exact que les fameuses lettres envoyées aux autres motions ont obtenu une fin de non-recevoir: il y a eu au contraire une réponse de fond de la part de Delanoë, jeudi 13, soulevant une demi-douzaine d'objections majeures.

* Au nombre de ces efforts immenses il faudrait compter le recours au vote des militants pour trancher les questions qui fachent, comme celle des alliances. Evidemment que la consultation des militants est une bonne chose, et heureusement que les candidats annoncent que des consultations auront lieu. Delanoë avait promis un agenda chargé en la matière. Mais si ces consultations devaient annuler les nuances ou différences entre les motions, alors oui, le congrès n'aurait été qu'une question de personne. Organiser une consultation ne dispense pas d'affirmer une conviction, même si Ségolène Royal semble théoriser le contraire. Et le congrès sert bien à affirmer une conviction, à définir une orientation pour permettre une direction cohérente sur le fond. Donc oui, invoquer le vote des militants pour prétendre annuler les différences et exiger une soumission, cela relève de la supercherie, voire d'une certaine désinvolture par rapport à la chose politique.

* L'appareil, symbolisé par "les éléphants" (Jospin premier visé), serait contre Ségolène. Lionel Jospin a donné son sentiment, en son temps, sur la métaphore animalière un peu infantile:
"Les éléphants, j'ai passé l'âge". Mais surtout, il faut un certain culot pour adopter cette posture en étant soutenue par Jean-Noel Guérini et sa fédération des Bouches-du-Rhône à 73%, ou par Georges Frêche. Avec de tels rénovateurs et de tels marginaux du système derrière soi, il est quand même permis de changer de disque. A se demander si Ségolène Royal ne craint pas un peu de perdre son public si elle devait abandonner son registre préféré d'éternelle victime. Sauf que dauber sur Jospin ne suffit pas à se prétendre rénovateur. A ce propos, il est encore un paradoxe qu'il faut souligner: Ségolène n'a cessé de stigmatiser la présence de Jospin derrière Delanoë, censée le plomber puisque symbole du passé et du conservatisme. Sauf que la même Ségolène n'a cessé d'expliquer que c'est la trop faible visibilité de Jospin derrière elle pendant la campagne 2007 qui expliquerait sa défaite. On peut donc penser que si Jospin avait été omniprésent en 2007, Ségolène ne lui aurait pas moins mis sa défaite sur le dos, et dès lors on voit ce qu'il faut penser de l'argument.

Arrêtons la liste pour aujourd'hui, il y aura probablement des occasions de la compléter.

Etant en Chine, je ne pourrai pas non plus voter, et tant mieux tant le choix est embarrassant. L'alternative entre le tout (Aubry) et le n'importe quoi (Ségo) est assez désespérante et augure mal de 2012. D'un autre côté il y a Hamon, qui lui est certes sur une démarche cohérente et mobilisatrice, mais dont la ligne politique fait trop de place aux réflexes étatistes et protectionnistes traditionnels. Notons tout de même ses qualités: il est jeune, lui et ses amis ont de l'intérêt pour les idées, et d'ailleurs il a su faire venir dans ses meetings des économistes et intellectuels remarquables, comme Frédéric Lordon ou Jacques Sapir. De plus, il est clair sur un point primordial, celui du combat nécessaire, comme le montre sa très belle conclusion dimanche dernier: "Dans ce combat que nous allons mener ensemble, j'ai l'honneur de vous demander d'être en première ligne". Qu'il est bon d'entendre s'exprimer ainsi, quand d'autres font dans le socialisme compassionnel ou proposent, par une bizarre réforme de la direction socialiste de présider au combat en quelque sorte. Cela fait trop longtemps, inclus 2007, que les socialistes servent de faire-valoir à sarkozy. Il est temps d'arrêter la guéguerre, et de faire une vraie guerre, avec une stratégie, un dispositif musclé, des ouvertures de nouveaux fronts, des blitzkrieg, des prises en tenaille et à revers.

Dernier commentaire pour expliquer la nervosité que l'on peut ressentir chez Royal. Il faut savoir que le vote pour les motions permet non seulement de déterminer leur représentation au niveau national, mais aussi au niveau départemental (fédérations) et municipal (sections). Ce qui fait que les personnalités locales se battent certes pour leur motion, mais aussi pour garantir un certain nombre de postes au conseil fédéral voire en CA de section, et ce qui peut induire quelques déformations: on peut parfois voter pour des considérations locales. Or le vote pour le premier secrétaire est distinct (par nature, étant nominal), de celui du premier fédéral, et du secrétaire de section. Il est donc permis de voter pour des candidats ayant porté des motions différentes au niveau local que celui pour qui on vote au plan national. On voit que les 73% des bouches-du-Rhône seront peut-être difficile à reproduire sur le seul nom de Ségolène, Guérini ayant d'ores et déjà obtenu de "tenir" sa fédération. L'analyse du détail des votes sera donc intéressant à faire.

-
PS: Lire l'indication en bas à gauche de la photo ci-dessus (une page de menu).

Partager cet article

Repost 0
Published by Martin P. - dans Ségolène
commenter cet article

commentaires

voyance gratuite par mail 20/07/2015 10:00

Merci pour ces bons moments sur votre blog. Je suis souvent au poste pour regarder (encore et toujours) ces merveilleux articles que vous partagé. Vraiment très intéressant. Bonne continuation à vous !

Eric 21/11/2008 23:26

Tu nem pas Ségolène?

chouka 20/11/2008 23:32

Bon, les premières tendances après résultat de ma section en Haute-Garonne. Grosse progression de Royal mais Aubry récupère la moitié des voix Delanoë, Hamon faiblit, je pense qu'il y aura un second tour. http://lebavost.wordpress.com/2008/11/20/ps-premieres-tendances-de-tendances-de-tendances/