Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sauce politique
  • sauce politique
  • : politique
  • Contact

Bande son

musique insérée dans les articles, de circonstance si possible

-


Add to Technorati Favorites


Recherche

9 janvier 2007 2 09 /01 /janvier /2007 11:41

On voit beaucoup de compatriotes s'encombrer excessivement avec des concepts flous comme la "carrure", l'"étoffe", la "dimension". Même si ce dernier critère peut faire sourire en pensant à certain, il faut remarquer que ces objections ont été faites à Clinton, Blair et Zapatero entre autres. Quoi qu'on en dise, ils n'ont pas été minables.

Ce qui est vrai c'est que la posture présidentielle peut changer et qu'il faut l'espérer, en particulier sur la politique étrangère, domaine qui n'a aucune raison d'être "réservé".

Si on regarde deux sujets chauds à l'international, on peut voir comment une candidate a pu récemment se donner des moyens qu'une posture "à la Chirac" ne permet pas. Sur l'Europe et le moyen-orient, il est possible de décongeler les situations si on descend de son piédestal. Il faut savoir se placer où l'on peut peser:

* sur l'Europe, cette candidate s'appuie sur ce qui est commun, à savoir le diagnostic: l'Europe ne marche pas, en tous cas pas selon la gauche, et donc des gages de remise en cause des tabous néolibéraux doivent être donnés avant de rouvrir le dossier institutionnel. Elle devient, mine de rien, la seule parmi tous les candidats à être compatible à la fois avec le "non" et avec le "oui".

* sur le moyen-orient elle a passé outre, à propos de l'iran, une construction diplomatique certes souscrite par la communauté internationale, mais décrédibilisée par les refus d'ahmadinnejad. Se délester de ce quant-à-soi invalidant et de cette posture diplomatique devenue scabreuse, cela ne coutait pas cher puisque sans conséquence sur la réalité. En contrepartie, Cette redescente sur terre à propos des programmes nucléaires iraniens a permis d'obtenir en contrepartie d'être audible en israel. Et c'est uniquement une audience nouvelle dans ce pays qui l'aidera à peser en faveur des palestiniens.

Partager cet article

Repost 0
Published by Martin P. - dans Ségolène
commenter cet article

commentaires

Lionel 11/01/2007 11:01

"les idéologies sont faites pour n'être pas dogmatiquement appliquées" - Lionel Jospin
idéologie n'est pas un gros mot, et prendre parti n'est pas une preuve d'étroitesse d'esprit.
les idées sans logique et la psychomollesse, ce n'est pas ça qui va aider les gens à choisir le 22 avril.

Cassandre 10/01/2007 11:47


Excusez-moi, j'avais oublié le début. On comprends mieux comme ça :

« Sur l'Europe et le moyen-orient, il est possible de décongeler les situations si on descend de son piédestal. »
Ne s’agirait-il pas plutôt d’un voyage visant à conquérir l’électorat juif de France ?
 

Il est en effet intéressant de noter que la veille de l’annonce du voyage de Ségolène au Proche-Orient, le journal Haaretz relevait que Ségolène et son mari n'avaient jamais visité Israël... et même que la candidate avait décliné une invitation à parler devant le CRIF en juillet. On se souvient aussi de sa visite au Liban et la comparaison d’Israël au Nazisme par un député du Hezbollah.
 

Pourquoi autant d'angélisme pour une candidate quand un autre candidat fait l'objet d’une telle intransigeance (voire acharnement) ?
 

Passer les deux candidats au crible du même esprit critique me semblerait plus constructif pour un vrai débat politique (et non "idéologique". J'entends par idéologie le cadre prédéfini imposé à notre pensée, l'idéologie faisant obstacle à "l'intelligence" en tant qu'appréhension du réel).

Cassandre 10/01/2007 11:39

Haaretz relevait que Ségolène et son mari n'avaient jamais visité Israël... et même que la candidate avait décliné une invitation à parler devant le CRIF en juillet. On se souvient aussi de sa visite au Liban et la comparaison d’Israël au Nazisme par un député du Hezbollah.
 

Pourquoi autant d'angélisme pour une candidate quand un autre candidat fait l'objet d’une telle intransigeance (voire acharnement) ?
 

Passer les deux candidats au crible du même esprit critique me semblerait plus constructif pour un vrai débat politique (et non "idéologique". J'entends par idéologie le cadre prédéfini imposé à notre pensée, l'idéologie faisant obstacle à "l'intelligence" en tant qu'appréhension du réel).
 

Lionel 09/01/2007 14:07

ben si, on peut commenter