Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sauce politique
  • sauce politique
  • : politique
  • Contact

Bande son

musique insérée dans les articles, de circonstance si possible

-


Add to Technorati Favorites


Recherche

10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 17:01

L'ambition de Nicolas est enflée jusqu'à l'obscénité, et l'absence totale de sens du ridicule avec lequel il commet ses manoeuvres montre qu'il n'est que très peu conscient de son triste état. Cela ne date pas d'hier, et il faut l'excuser car il a passé une longue partie de son enfance politique dans le sillage de Jacques Chirac. On en sort pas indemne.

Il a néanmoins retenu une leçon: pousser l'adversaire à la faute. Il faut dire que là encore Jacques Chirac lui a fait réviser ses leçons récemment: multiplier les coups bas, estomaquer les critiques pour les réduire au silence, harceler de petites phrases etc... Puis, dès que le sujet réagit, crier au "délit de sale gueule", comme le fit Jacques à Lionel en 2002.

Voilà pourquoi le document ci-dessous insiste respectueusement sur le respect dû au respectable bonimenteur de comptoir.

Or, il faut sortir du champ politique ceux qui n'ont de cesse de tirer le débat vers le bas, de dégrader les mots et les idées, de se vautrer dans l'alzheimer médiatique, et finalement de chier dans les bottes de tous les français.

CE PDF EST HAUTEMENT RECOMMANDE, TELECHARGEABLE ICI:

http://www.liberation.fr/actualite/politiques/elections2007/227751.FR.php

Partager cet article

Repost 0
Published by Martin P. - dans sarkozy
commenter cet article

commentaires

dovallot 14/01/2007 15:54

 
 
Philippe Cohen L'auteur de la BD La face karchée de Sarkozy, dit:
 

Le candidat de l'UMP se met en permanence à la place des journalistes, au point de se demander lui-même quel est le sujet à proposer à la conférence de rédaction. Sarkozy s'efforce, semaine après semaine, d'avoir toujours de bonnes informations à proposer aux journalistes, de leur donner « du biscuit », comme on dit dans leur jargon.(hein M christophe Barbier) Il ne répète pas, comme souvent les hommes politiques par le passé, un prêchi-précha qui rase tout le monde. Il « file des infos », il est une machine à scoops. Voilà comment, par exemple, les médias ont été manipulés dans l'affaire Clearstream : les seules informations dont disposaient les journalistes d'investigation étaient celles dispensées par le cabinet Sarkozy.
 

Sarkozy a « travaillé les médias » à trois niveaux. Premièrement, celui des journalistes politiques, qu'il entoure d'attentions.Confronté aux jeunes journalistes, Sarkozy se montre séducteur, voire flatteur. Il « adore » leur dernier papier, il pense forcément que chacun est le meilleur de son journal. S'asseyant près de l'un d'eux dans le Falcon qui les transporte à l'autre bout de la France, il déclare : « Elle est pas belle la vie ? » Les journalistes de la « caravane », ceux qui suivent Sarko au quotidien (envoyés par l'AFP, Le Monde, Le Figaro, Libération ,l express, RTL Europe, Paris-Match, France Inter, TF1, France 2…) ont droit à des égards particuliers. Ils bénéficient de tous les privilèges de la first class Sarkozy : invitations prioritaires, « afters » dans des restaurant ou boîtes après les événements, super réductions pour leurs médias dans des hôtels de luxe, cadeaux. N'oubliez pas que des lecteurs MP3 dernier cri ont été offert lors de la visite des laboratoires Sanofi en juin 2005 – seule la journaliste de Libé a refusé. Il se rend très disponible avec chacun d'entre eux, les prend tous au téléphone. Il les voit généralement tous ensemble lors de ses déplacements, au cours desquels il se montre très attentif. Il leur demande s'ils ont bien dormi, des nouvelles de leur famille, etc. Ce sont les « sarkologues ». Ils tutoient tous les membres du cabinet, connaissent toutes les intrigues au quotidien de la vie de la cour sarkozienne – intrigues qu'ils n'évoquent jamais dans leurs papiers. On leur réserve des chambres dans le même hôtel que Sarko, ils partagent la vie luxueuse qui est devenue la sienne : jets, chauffeurs et petits macarons. Sarkozy fonctionne à l'empathie.Tout et dit sur la connivence entre la presses et le ministre, NS...
 


Postée par paulK le 14 janvier 2007 à 01:44

Béarnaise 11/01/2007 21:08

A lire sur un site bien documenté et à consulter :
La gauche crée plus d'emplois du secteur privé, à croissance égale http://travail-chomage.site.voila.fr/emploi/5ans_emploi_prive.htm