Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sauce politique
  • sauce politique
  • : politique
  • Contact

Bande son

musique insérée dans les articles, de circonstance si possible

-


Add to Technorati Favorites


Recherche

31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 20:54

Vu la dégenerescence médiatique actuelle, il était temps que les rares rédactions en situation de poser ce problème le fassent. C'est le cas depuis longtemps de celle de Marianne, et le nouvel obs l'a rejoint en publiant un dossier rassemblant les données très détaillées de l'actionnariat des médias, nationaux et régionaux, éléments pas si accessibles que ça auparavant. Il est symptomatique de voir que le citoyen en est réduit à attendre le mercredi et le canard enchainé pour obtenir les infos dont la publication justifie qu'on appelle encore la France une démocratie. Il avait déjà fallu attendre le volatile pour que soit posée la question de l'ISF d'il y a 2 ans de sarko, toujours sans réponse, malgré des interrogations cette fois dans Le Monde.

Quand on voit la divulgation par Le Parisien de l'info sur le scooter, on se dit que sarkozy doit regretter d'avoir demandé à lagardère de ne pas virer Jacques Espérandieu, son directeur (du parisien), contrairement à ce qui était prévu. En fait sarkozy craignait que cette éviction ne soit interprétée comme une nouvelle allégeance! (Marianne n°508). Comme quoi il vaut mieux trop en faire finalement, comme dit son maître Chirac: "plus c'est gros, plus ça passe".

On ne s'attardera pas plus sur France2, dont le ménage en cours ne vas pas rassurer. Sarko s'était d'ailleurs vanté d'y être chez lui, comme l'avait rapporté Laurent Bazin sur son blog: "Trois heures, six millions de télespectateurs, vous avez vu ca ? Je suis le seul à faire ça." Ce post, relatant un des nombreux déjeuners du candidat avec les rédactions, au frais du ministère, fut d'ailleurs retiré. Laurent Bazin a de toutes façons récemment renoncé à bloguer.

Quant à TF1, dont le propriétaire n'est autre que le parrain du fils sarkozy, Martin Bouygues, elle nous a montré son esprit démocratique à l'occasion, par exemple, de la visite du turkmenbachi niazov. Il faut écouter cette émission non-diffusée (excepté au turkmenistan) avec martin bouygues, patrick lelay, pierre gadonneix, jean-claude narcy et... niazov, sur le plateau. Dixit narcy au cours de cette "interview": "quoi de mieux que la télévision pour s'exprimer librement". Surtout entre amis liés par des contrats de plusieurs centaines de millions d'euros (de la poche des turkmenes évidemment).

A quand un Canard Enchainé quotidien?

Partager cet article

Repost 0
Published by Martin P. - dans médias
commenter cet article

commentaires

Killcow 02/02/2007 11:20

C'est vrai que c'est une honte de voir comme NS se sert des médias pour faire sa campagne.Le CSA devrait être uniquement constitué de personnes non-partisanes (à savoir des personnes n'ayant jamais adhéré à un parti politique).Heureusement que des chaînes comme Canal+ ou Arte sont là pour relever le niveau.Dans les magazines, le seul qui reste lisible est Marianne (j'y suis abonné) et dans les journaux, il reste encore le Canard.@destin et turbulenceLe Monde est un journal sérieux qui continue à avoir un traitement de l'information assez objectif. Cela dit, certains journalistes s'y lâchent pour de bon. Il en faut.....NS ne fait qu'importer les recettes qui ont marché à l'étranger. Si on lui rappelait qu'elles viennent d'URSS.....

Destin et turbulences 01/02/2007 22:49

Effectivement, nous avons pu le voir, nous les expatriés avec le dernier article du Monde sur les expatriés.
===================================

http://destin-et-turbulences.blogspot.com/2007/01/insulte-aux-franais-de-ltranger-patrick.html

Le journaliste Patrick Roger du Monde reconnaît de fait qu'il travaille pour l'UMP, il a décidé de ne plus consulter le parti socialiste pour son travail.

Le Monde semble donc suivre la dérive de la presse en génerale dans le monde occidental, ils ont pris le parti de transformer la France en une mauvaise copie de l'Italie de Berlusconi ou de l'Espagne de Aznar. Le Monde par l'intermédiaire de son journaliste, pense que les expatriés sommes tous de la garde rapprochée de Nicolas Sarkozy, et a décidé que la gauche ne peut-être son interlocuteur. Nous sommes tous de droite donc.

Nous étions déjà des citoyens Français de seconde zone, maintenant nous sommes des lecteurs de troisième zone pour ce moyen d'information. Ce journaliste met en particuler en doute notre intelligence. Si le journal Le Monde ne rectifie pas, je serai obligé de tirer la triste conclusion qu'il est devenu un journal courant, je serai obligé de le considérer comme un journal partisan du type ABC, El Mundo ou LA Razon.

S'en est fini de la liberté de la presse, 1984 est là.

Voici donc un court résumé de la situation à l'origine de ma saute d'humeur:

Un représentant du parti socialiste a été éconduit après lui avoir fait part de sa surprise que ses seules références politiques étaient de l'UMP dans son dernier article sur l'augmentation des inscrits sur les listes électorales à l'étranger, voir notre post cité en référence .

Il a déclaré à ce même représentant, avant de lui raccrocher le téléphone au nez, qu'il se passerait désormais des sources du dit parti pour de prochains articles


Je cite la concusion du représentant du parti socialiste
Je passe sur la muflerie pour déplorer que l'UMP puisse développer sans
la moindre contradiction ses vues sur les Français de l'étranger dans les colonnes du Monde, contribuant ainsi à accréditer dans l'esprit de nombreux lecteurs l'idée que ces 800,000 inscrits et par extension les 2,2 million de Français de l'étranger sont majoritairement des expatriés, riches, fiscalement à l'abri et, bien sûr, votant à droite. Le travail militant que nous menons depuis des années à la FFE et à l'ADFE – Français du Monde, où que ce soit sur la planète, nous montre que cette caricature n'est plus la réalité. Il est vraiment regrettable qu'il ne soit pas possible d'exprimer ces convictions comme nos adversaires, eux, le peuvent dans un quotidien que je veux pourtant toujours croire de référence.