Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sauce politique
  • sauce politique
  • : politique
  • Contact

Bande son

musique insérée dans les articles, de circonstance si possible

-


Add to Technorati Favorites


Recherche

1 février 2007 4 01 /02 /février /2007 20:18

Un cas intéressant, l'interview de Ségolène Royal sur RMC la semaine dernière, il faut vraiment l'écouter (mp3 ou site RMC) pour saisir à quel point le troupeau bêlant des "suiveurs" (c'est leur nom) s'est fait promener avec entrain par les aboyeurs ump. Il s'agissait de gloser sur le nombre de sous-marins français, suite à une insignifiante question-piège de fin d'interview. Un traitement de la question que Ségolène a d'ailleurs qualifié lors de l'interview de "gadgetisation" de la politique de défense, laquelle ne consiste pas à compter les canons: c'est à la rigueur le rôle des généraux.

S'ils avaient fait l'effort d'écouter la source plutot que de reprendre sa version ump, les rapporteurs auraient pu noter ces différentes propositions:

"le CNE sera abrogé", "les entreprises qui s'engageront dans les CDI bénéficieront d'un bonus sur les cotisations sociales", "c'est la précarité qui va fragiliser les salariés dans leur travail, et donc dans leur vie. [...] et c'est ainsi toute la société qui est fragilisée", "il faut une législation qui empêche la délocalisation des marques [...] car ce sont les salariés qui ont construit la marque", "il faut un pacte à 3, état, entreprises et syndicats, faire confiance au dialogue social pour faire émerger de la valeur ajoutée dans les entreprises", "il y a une révolte des gens contre les tarifications bancaires", "il faut réglementer de façon extrêmement sévère les comportements bancaires", "je proposerai un calcul des agios sur 1 ou 2 ans [...] quand on a un excédent de 50 euros sur le mois, puis un découvert de 50 euros le mois d'après, qu'il y ait zéro pénalité", "priorité à la baisse de TVA sur les efforts de protection de l'environnement, chauffage, véhicules, construction", "le budget militaire doit être réorienté, à enveloppe constante, vers des synergies avec la recherche civile", "ces sujets de défense ne doivent pas être traités de façon gadgettisée et partielle".

Outre cette impasse persistante des relais mediatiques sur le fond, il y a requalification des positions politiques en "bourdes". Il est éloquent, ce réflexe de la pensée unique: toute position non-conforme est donc absurde, malgré la stérilité de la pensée conditionnée qui sévit depuis 20 ans dans le microcosme.

Parallèlement, on percoit dans la sarkolâtrie une fascination pour ce qui est décrit comme du franc-parler et qui est en réalité un cynisme débridé, d'autant plus stupéfiant qu'il n'est même plus équilibré par le souci de l'élégance (mitterrand) ou compensé par un caractère jovial (chirac). Le talent aujourd'hui, c'est celui de la politique-réalité: le culot, l'absence de scrupules et de sens du ridicule. On aurait pu s'attendre par exemple à ce que sarkozy démissionne dans le même temps qu'il serait sacré, c'était une évidence politique si ce n'est démocratique. Mais comme on ne l'embête pas plus que ça, comme Chirac n'a plus la force politique de le virer, comme tous les prétextes passent ("je reviens pour me protéger", puis "c'est pas moi qui ai commencé"), il reste. Pour éviter que son successeur aie le temps de trouver le pot aux roses statistique et ne fasse une description moins idyllique de la situation.

Une affaire douteuse surgit-elle? TF1 attend la version ump pour en parler: il ne s'agirait que d'une vieille note tout juste actualisée, et encore automatiquement. Pas de question qui fâche, personne ne tique sur les impostures, donc pourquoi se gêner, autant lâcher des trucs comme: "Je sais qu'il y a des gens pour lesquels le patriotisme de parti sera toujours plus grand que l'amour de la patrie." Accusant implicitement la gauche d'avoir "cultivé la haine de la France" par le "dénigrement de la nation".

On savait depuis 2002, inclus la campagne, qu'il faudrait se battre sans les medias, voire contre. Ce n'est pourtant pas qu'ils n'ont aucun savoir-faire en matière de critique: Quel est le sens de l'hallali éditorial sonné en direction de Chirac, quand dans le même temps les turpitudes de son imitateur assumé sarkozy ne suscitent aucun haussement de sourcil chez les mêmes commentateurs?

Partager cet article

Repost 0
Published by Martin P. - dans Ségolène
commenter cet article

commentaires

Jean-Paul Baquiast 14/04/2007 10:02

Tarifications bancaires : C'est bien de lutter partout où c'est possible contre la précarité particulièrement lorsque c'est orchestré par des organismes banquiers (ils se sont déjà fait réprimander il y a 3 ou 4 ans pour s'être accordés entre banquiers pour monter tous les coûts).

Mais à mes yeux un autre grave problème que nous posent nos banques est leur frilosité à investir, à aider les entrepreneurs. C'est pourtant censé être une de leurs fonctions principales mais on se rend compte que ça ne marche pas et que prêter aux riches ça ne dynamise pas l'économie.
Résultat on demande à l'état de toujours plus aider les entrepreneurs et PME à grands coups de défiscalisation et subventions en tout genre.
Ségolène a-t-elle des propositions allant dans le sens de remettre les banques bon gré mal gré en face de leur responsabilité, ce qui permettrait ainsi à la fois d'être sans doute bien plus efficace pour l'activité, de réduire le coût de son programme et en fin de compte même d'enrichir les banquiers -ce qui n'est pas un drame en soi. (car l'investissement paye nonobstant les larmoiements des comités d'actionnaires)

edgar 02/03/2007 18:31

je poursuis ma ballade sur ce sympathique blog. une remarque si je peux me permettre : les caractères mériteraient d'être d'une taille plus grands !

PeNeLAS 05/02/2007 18:44

L'article est vraiment bon... je suis 100% d'accord avec toi !

Franchement quel est l'intérêt de cette question ?!
Puis tout ceux qui disent:
"Olala ! Elle sait pas ca ? Comment peut on voter pour elle ? Mon Dieu c'est affreux, on va tous mourir si y' a la guerre! "
Y' en a qui on que ça à foutre?
Franchement si y' a que le nombre de sous-marins qui les intéressent ils ont qu'a feuilleter le programme de Le Pen, ils sauront tout sur le char Leclerc, le Famas, et nos avions de chasse. Passé l'âge des ActionMan, ca devient quand même inquiétant.

Par contre c'est vrai que plutot que de dire une bétise... j'aurais préférais qu'elle dise juste qu'elle ne sait pas, tampis, c'est vraiment pas grave.


Merci de m'avoir listé sur ton blog.
A+

PeNeLAS (http://penelas.over-blog.com)

Killcow 03/02/2007 21:43

Encore un mot sur la """"bourde"""" de SR:
La question n'est pas là, c'est simplement qu'un bon homme politique ne doit JAMAIS se tromper. Si on lui pose une question à laquelle il ne peut pas répondre (par choix ou parce qu'il ne sait pas), il doit être capable de rebondir, d'utiiser la langue de bois et de tourner la situation à son avantage.
Par exemple, SR aurait pu dire: "Je sais que la France possède une force de défense considérable; d'ailleurs, j'ai une pensée pour nos militaires, qui oeuvrent au maintien de la paix, en Côte d'Ivoire, en Afghanistan, et partout dans le monde. L'armée française regorge de possibilités pour faire rayonner la France à l'étranger. Mais je voudrais vous dire une chose, Monsieur [entrer nom]: dans le contexte international actuel, la France doit peser de tout son poids dans le monde, et elle ne peut le faire qu'en s'alliant avec ses voisins. C'est pourquoi je défends aujourd'hui la création d'une armée européenne, afin que l'Europe puisse parler d'une seule voix sur la scène internationale. Je crois que c'est ce vers quoi nous devons tendre, pour être capables d'être demain aussi écoutés qu'aujourd'hui. Pour moi, nous ne pourrons rivaliser avec les nouvelles grandes puissances asiatiques qu'en nous unissant derrière l'Europe."

Killcow 03/02/2007 20:57

Les bourdes de SR, ou comment faire de la politique partisane quand on est journaliste.