Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sauce politique
  • sauce politique
  • : politique
  • Contact

Bande son

musique insérée dans les articles, de circonstance si possible

-


Add to Technorati Favorites


Recherche

1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 21:22

Le coup de maître de François Bayrou est d'avoir préempté la critique des médias -et des sondages- qui prédeterminent le choix démocratique de manière fallacieuse. Cette posture était gagnante en 95, en 2002, et au referendum 2005. Ce qui conduit par exemple Marianne à présenter Bayrou comme l'anti sarko. Le problème est que c'est une supercherie, et qu'elle pourrait être celle de trop.

Premier cheval de bataille, Bayrou dénonce le système partisan, qui éloignerait les politiques des solutions pragmatiques et de bon sens. Le hiatus est dans la conclusion: Il martèle sur tous les tons que la priorité, c'est le remodelage -improbable on va le voir- de la géographie partisane. Mais où est la prise sur le réel? Comment prétendre qu'on est dans l'action politique quand on commence par plonger dans les combinaisons politiciennes? Et quelle révolution y aurait-il à faire du Borloo-DSK, si tant est qu'ils soient compatibles, quand l'un des deux est déjà à l'oeuvre?

Le ralliement de spartacus est aussi symptomatique du quiproquo: des hauts fonctionnaires, ce qui se fait de plus planqué, technocratique, déconnecté de la réalité, et qui auraient probablement voté Jospin d'un seul homme, en appellent à Bayrou. Mais voilà, ils représentent exactement ce qui a été sanctionné en 2002 et 2005. Et on fait croire que Bayrou va casser le système! Bayrou récupère le soutien de gens à qui la candidature de Ségolène Royal inspire alternativement l'horreur et le mépris, pour une raison non-avouée: Elle va chercher les voix des couches populaires qu'eux ont snobé et snobent encore. Un électorat populaire qui a bien raison de se méfier de ce mépris.

Les dernières lignes de cet "appel spartacus" (le mal nommé) dévoilent son ressort principal: "le véritable vote utile pour faire barrage à Nicolas Sarkozy, c'est Bayrou."  Encore faudrait-il qu'il le dise clairement. Bayrou prétend à l'éthique de gouvernance (ne pas trop promettre et dire comment on finance), très bien dira-t-on, même si le discours de la dette ne fait pas une politique. Mais où est l'éthique politique: dire comment on obtient ce résultat prétendu de faire barrage à sarkozy? L'union trompeuse qu'il fait miroiter est toute théorique, si on considère qu'il faudra attendre les législatives pour que d'éventuels élus de la "droite modérée" se libèrent de leur dépendance à l'UMP, si tant est que celle-ci n'obtienne pas la majorité. Auquel cas beau résultat: une cohabitation Bayrou-Sarkozy. Nous assisterions à l'affligeant spectacle d'un président désarmé dès l'origine, subissant les oukases et le mépris ostentatoire de Sarkozy, c'est à dire bis repetita. Une arnaque digne de 95, et on sait ce que ça coute en termes de discrédit de la politique.

Bref, on laisse croire à ceux qui souhaitent prolonger la vague de 2005 que le vote contre la bulle, c'est le vote bayrou, alors qu'en réalité c'est le vote pour. Toute la pensée unique vote pour lui, que ce soit les journalistes, les blogueurs bobos, les hauts fonctionnaires ou la bourgeoisie de province. Sa politique est une politique de rigueur anachronique que seuls les déclinistes les plus myopes défendent, ceux pour qui la dette* fait office de vision de la France, et font du malthusianisme budgétaire un principe. Sa relation à Bruxelles est une osmose qui ne permet aucun prolongement au referendum. Bayrou est en réalité, de tous les candidats, le moins apte à la prise de risque politique sur les questions de fond. Ce que l'Europe attend, c'est un renouvellement d'autant plus quand il est incarné par une femme. Elle n'attend pas un stéréotype franchouillard à la Bourvil affublé de son inévitable De Funès énérvé et antipathique.

Il y a dans ce centrisme quelquechose que l'on perçoit dans une certaine bloggitude: les gens qui se croient et qui s'affichent raisonnables votent pour celui qui arbore l'étiquette "raisonnable", sans avoir vérifié les ingrédients ni la date de péremption. Un peu comme les yaourts au bifidus et autres préparations vendues avec force allégations santé: c'est insipide mais on est persuadé que c'est bon. Le petit plus avec Bayrou, c'est que cette extrême pondération ne permet habituellement pas de se distinguer, alors que lui offre des habits d'anticonformiste à bon compte.

"Tout ce qui est excessif est insignifiant", voilà leur mantra, une quasi-antithèse aussi fréquente que trompeuse, qui porte sa propre contradiction: une phrase qui commence par "tout" peut difficilement prétendre à la modération, et l'excès n'empêche ni le sens ni la consistance. C'est donc bien une phrase utile pour caractériser l'extrême-centre. C'est la phrase de ceux qui évitent de prendre parti ou de se donner la peine de contraster la prose. Ce confortable créneau de la psychomollesse, cela conduit certains à dauber, par exemple, le style et l'emphase de la tribune de Régis Debray, c'est un tort.

Dernier point: il est de bon ton de minimiser le pen chez les bayrouistes, mais il y a tout de même un peu de légèreté à prétendre qu'avec une barre fixée par les niveaux de Bayrou et Royal, autour de 20%, il est impossible pour Lepen d'arriver au second tour...

-

PS: la revue du programme officieux de sarkozy, évoquée dans un article précédent, vient. C'est le Marianne de cette semaine, dont c'était le sujet principal, qui m'a simplement un peu coupé dans mon élan en même temps que l'herbe sous le pied.

*: On l'a déjà dit, même du point de vue de la dette, c'est la gauche qui est la plus crédible

Repost 0
Published by Martin P. - dans Bayrou
commenter cet article
21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 18:01

François Bayrou est fort réjouissant lorsqu'il ose se payer frontalement les médias et leur propriétaires. Ce fut le cas lors d'une fameuse "entrevue chez TF1" , et il a récidivé lors de ses voeux à la presse. La facilité avec laquelle il a réussi à pousser Namias à la faute (ce dernier l'a accusé de démagogie), montre assez le malaise, que ceux qui sont à la tête des rédactions ne peuvent plus balayer d'un revers de main autosatisfait. Un journaliste ne peut plus s'autodécerner des brevets d'autocritique aussi facilement. Les 3h sans contradicteur de sarkozy, juste avant le démarrage du décompte officiel de précampagne, ont fait jaser jusque dans la propre rédaction d'Arlette Chabot. De ce point de vue Bayrou est antisarko, mais sur le terrain politique?

Même si l'hypothèse "Bayrou président" est peu probable, c'est bien celle que doivent considérer ceux qui votent pour lui. Passons donc sur la bipolarité du choix au 2e tour, et prenons-le au sérieux.

Bayrou président pose un problème, c'est qu'il annonce un gouvernement d'union nationale, et que s'il est élu, on a de très fortes chances de voir sarkozy rester dans le jeu, probablement au gouvernement. Dans ces conditions sarkozy fera pareil avec bayrou que pendant ces 5 années avec Chirac. C'est-à-dire être en campagne perpétuelle, interférer dans tous les dossiers, tout en se défaussant sur ses camarades, rogner l'espace politique de celui à qui il aura dû son poste. C'est-à-dire aussi multiplier les démonstrations publiques de mépris à l'encontre du chef de l'état Bayrou, au risque que les querelles de notre roquet national souillent l'image du pays, comme cela fut le cas auparavant (l"arrogance grandiloquente").

Bref sarkozy garderait la même capacité de nuisance, avec de nouveau 5 ans de cirque. Bayrou n'apporte donc pas assez de garanties dans cet objectif de décramponner nicolas de l'objet de sa convoitise, d'assainir la chose publique en lui infligeant un score aussi minime que possible, de manière aussi à en débarrasser la droite.

Repost 0
Published by Martin P. - dans Bayrou
commenter cet article