Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sauce politique
  • sauce politique
  • : politique
  • Contact

Bande son

musique insérée dans les articles, de circonstance si possible

-


Add to Technorati Favorites


Recherche

7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 07:13

mam.jpg[illustration avec l'autorisation de l'excellent Boben]


Il apparait de plus en plus clairement que les législatives sont superflues, comme d'ailleurs le parlement. La lucidité devrait commander de cesser la mascarade en les supprimant, les choses seraient plus claires. Ce n'est pas sûr que ça gênerait grand monde, au fond. Sarkozy a été élu démocratiquement et cela semble suffire à beaucoup. Se débarrasser d'un parlement inutile ferait des économies, d'autant que les députés sont des absentéistes chroniques. Et quand il s'y passe quelque chose, les trois quarts ont un rôle de figurant et regardent passer les trains. Le job est loin d'être exténuant pour la plupart, à l'exception des rares commissions non-fictives dans lesquelles certains courageux produisent des rapports et enquêtes dont personne ne tient compte.

A l'étranger, on comprend mal qu'il faille voter quatre fois en deux mois pour obtenir un résultat chaque fois confirmé et renforcé par le fait que la décision se dessinait déjà précédemment. Pour expliquer cette spécificité, les commentateurs sont prompts à sortir la dissertation d'usage censée décrire notre système. Des développements proches de la poésie évoquent un président un peu évanescent, "au-dessus des partis", "de tous les français" (etc). En gros sarko aurait été élu pour sa sagesse et pour être garant de la constitution. Un rôle que les italiens ou les israéliens, à la rigueur, pourraient rapprocher de ce qui se fait chez eux. Le problème, c'est que non seulement le caractère artificiel de la posture est manifeste pour peu qu'on s'y attarde deux secondes, mais dès lors que ce même personnage prend pleinement le contrôle de l'exécutif et la tête du gouvernement, l'exercice de style institutionnel tourne à la blague. Et la garantie de la constitution aura duré 3 jours.

Dès lors que le suffrage plébiscitaire décidé en 1962 se conjugue avec l'inversion du calendrier et le quinquennat décidé en 2000, l'équilibre institutionnel ne tient plus qu'au bon vouloir du président, car contrairement aux états-unis, pas d'élections mid-term. La séquence électorale française frise l'absurde: le 6 mai, le chef d'état chef de gouvernement est donc désigné. Lui et ses ministres -qu'il a nommés- vont au devant de leurs homologues européens -avec les inévitables poignées de main et sourires sur le perron-, annoncent les mesures, tout ceci avec la couverture médiatique qui convient, comme il se doit. On voit que la forte visibilité et l'effet de légitimation des premiers jours du nouvel exécutif rend aberrante l'idée que cela se superpose avec une nouvelle campagne électorale qui supposément pourrait tout remettre en cause.

Ce bégaiement électoral a aussi pour conséquence de dévaloriser encore davantage les parlementaires. Le timing fait que la couleur de la chambre découle de celle de l'élysée, ce qui induit une redevabilité des sarko-députés envers celui qui leur a finalement volé la victoire qu'ils étaient censés remporter par eux-mêmes.

Le caractère parlementaire de notre démocratie est fictif.

Alors on objectera: "supprimer le parlement, OK, ça fera du pareil au même, mais même un pouvoir personnel a besoin qu'on lui fasse un retour sur la conduite de son action!". Pas de problème. Ceux qui ont été attentifs ces cinq dernières années ont pu se rendre compte que sarko se fout pas mal de ce que peuvent lui dire les députés d'opposition ou de son propre camp. Le retour son, ce sont les instituts de sondage qui le lui apportent. C'est beaucoup plus pratique, et l'opinion, c'est tout un métier dans lequel sarko excelle.

Le remplacement des représentants par les sondages devrait d'ailleurs être le premier thème de travail de la gauche si elle veut encore jouer un rôle ces dix prochaines années. Il faudra en reparler.

Partager cet article

Repost 0
Published by Martin P. - dans sarkozy
commenter cet article

commentaires

Toreador 12/06/2007 18:09

Très bon blog, rouge-rose :-)On échange nos liens ?

Martin P. 08/06/2007 13:44

@ Eric: merci pour le comparotron, c'est ce que je cherchais depuis un momentA propos de sondage, je pense qu'il serait assez pertinent de poser cette question:"Seriez-vous d'accord pour simplifier la vie démocratique française en unifiant les échéances, c'est à dire avec uniquement l'élection du chef de l'exécutif tous les 5 ans?"je pense que la psychologie française est mûre pour répondre oui.Le choeur des suiveurs s'empresserait de souligner que ce serait tout à fait démocratique.

Eric 08/06/2007 12:27

le comparotron, dont je t'ai parlé: http://www.politiquecafe.com/voix-de-la-pravda/Olivier: en général, ceux qui changent les règles d'un scrutin (ou modifient le découpage électoral) en espérant y gagner, se font battre. Exemple: les régionales de 2004.

Nicolas J 07/06/2007 17:59

Ce n'est effectivement pas la meilleure action du gouvernement Jospin, mais le problème actuel vient surtout du fonctionnement de l'UMP qui verrouille tout. "Dans le temps", on avait deux grands partis de chaque côté  qui pouvaient se "concurrencer". Maintenant qu'à droite, il n'y a plus que l'UMP et que Nicolas Sarkozy y ait tout verrouillé, il dispose des plein pouvoirs en France.On pourrait m'objecter qu'il n'y a aussi plus qu'un seul parti à gauche mais il n'est pas au gouvernement et il n'y a pas une personne qui verrouille tout (c'est d'ailleurs peut-être dommage pour lui, mais la question n'est pas là). Le PS est un parti démocratique... pas l'UMP.

Olivier B. 07/06/2007 17:18

Et dire que c'est Jospin qui a fait voter cette inversion ! Jolie analyse de l'absurde situation politique qui en découle.