Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sauce politique
  • sauce politique
  • : politique
  • Contact

Bande son

musique insérée dans les articles, de circonstance si possible

-


Add to Technorati Favorites


Recherche

23 septembre 2006 6 23 /09 /septembre /2006 16:26
[commentaire juillet 2007]: Fin septembre 2006, se posait la question du choix entre 3 candidats aux orientations politiques assez proches, Fabius étant à peu près seul sur sa ligne propre. Quand je relis le passage en gras (plus bas), je nourris quelques regrets.

*******************

Dominique, Ségolène et Lionel :

 

« Il faut un bon candidat qui soit aussi un bon président ». Lionel Jospin a raison de le rappeler, et gageons que, peut-être grâce à lui, le débat sur ce que doit être un bon président aura lieu. Mais il a tort de faire mine de sous-estimer l’importance d’une bonne candidature, même si on le comprend…

S’agissant de « bonne candidature », les arguments qu’on entend le plus souvent pour soutenir celle de Ségolène Royal, comme celui des sondages, ne sont guère plus pertinents que certaines des critiques, comme celles sur l’épisode Nolwenn. 

Avancer quasi-exclusivement le critère de la popularité actuelle pour en appeler à la « responsabilité » des militants, ce n’est pas forcément à l’avantage de Ségolène. Cela incite, aussi, à poursuivre le débat plus loin.

   

Un travers qui me semble être pris est celui de vouloir faire l’excès inverse de 2002, une campagne où, on le sait, le candidat n’a pas été bon. Par exemple, Lionel Jospin ne se préoccupait pas de se faire aimer, à l’inverse de Chirac. Ce trop vertueux refus, qui semblait tancer les medias populaires –TV et people compris-, était une erreur. Il semble persister aujourd’hui. 

Ségolène a retenu la leçon, mais un peu trop : il faut savoir se faire aimer, mais aussi éviter de se faire détester. En effet elle semble être celle qui « ressemble à la France », elle parait «  proche des gens », plus « hors système », mais sa posture irrite déjà une petite minorité. Si la lassitude gagne la majorité, un ressort essentiel sera brisé. 

La candidature juste est dans un tempérament à la séduction dosée, qui n’occulte pas l’essentiel, et évite le risque d’une séquence bien connue : on brûle ce qu’on a adoré.

 
 

Autre grand oubli de ce débat sur la « bonne candidature » : son corollaire, c'est-à-dire la bonne campagne. Quel style de campagne doit-on rechercher pour pouvoir l’emporter ? 

Les candidats ont laissé entendre quelle serait leur campagne, et elles correspondent à leurs atouts, et à leurs différences. 

Ségolène a annoncé une campagne « participative ». Jusqu’ici la démocratie participative a été un atout de sa candidature, et il faut reconnaître l’attente qu’il y avait d’un renouvellement de la manière de faire de la politique. La question se pose néanmoins de savoir si c’est avec une campagne participative que l’on battra Sarkozy. On a pu le voir par le passé, dire « je vous ai compris » ne signifie pas forcément « je vous ai convaincu ». 

Outre les coups médiatiques, c’est de capacité à convaincre qu’il faut. 

Or c’est du coté de Dominique Strauss Kahn, qui propose une candidature de conviction, que l’on trouve les atouts qui manquent ailleurs : le talent oratoire, les idées ordonnées, le verbe percussif, la justesse d’analyse, la précision des formules. Et c’est bien une campagne réellement politique, de confrontation des idées, qui sera susceptible de mobiliser la gauche.

 

Bref, une campagne trop axée sur le potentiel personnel et médiatique comporte sa part non négligeable de vulnérabilité, et de surcroît risque de faire patiner la dynamique politique. De plus, même si contrairement à ce qui se dit, Ségolène a des idées -dont certaines inspirations sont d’ailleurs à chercher chez DSK-, ce n’est pas elle qui les défend le mieux.

 
 

Pour ce qui concerne DSK, une occasion est donnée, le 4 octobre à Alfortville, de juger de sa candidature et de le voir s’expliquer sur ce qu’est, pour lui, un bon président.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Martin P. - dans PS
commenter cet article

commentaires