Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sauce politique
  • sauce politique
  • : politique
  • Contact

Bande son

musique insérée dans les articles, de circonstance si possible

-


Add to Technorati Favorites


Recherche

23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 12:10

Poursuite du propos précédent: les processus actuels de sélection du personnel dirigeant du PS, à tous les niveaux y compris les plus petits strapontins, ne font pas toujours émerger les plus aptes à conduire la "rénovation". D'où l’erreur de ceux, Rocard en tête, qui ont une conception élitiste du parti, mais oublient la nécessaire réforme de son fonctionnement.

Autre aspect de ces processus: ils poussent à la professionnalisation dans la politique. En effet, il faut y faire preuve d'une assez grande disponibilité à la manœuvre, cultiver des réseaux, suivre les tribulations des uns, être attentif aux (re)positionnements des autres, tout cela dans un environnement assez flottant et informel. Cela exige une présence, une assiduité qui, même téléphonique, conduit à y consacrer le plus souvent un temps plein. Ce phénomène tend à éloigner les responsables socialistes de certaines réalités, et surtout écarte de l’appareil du PS de larges pans du tissu social, comme les secteurs marchand et industriel. En effet, pour atteindre des responsabilités le choix de s’engager doit être précoce. Le "privé" est donc (très) peu représenté, le "public" l’est beaucoup plus, avec les possibilités permises par la "mise en disponibilité" des fonctionnaires. Enfin, effet pervers supplémentaire, il y a une nécessité pour le reste de trouver un emploi rémunéré, et c'est le plus souvent dans les collectivités locales, dans des organismes publics, à défaut au sein des cabinets, ou comme assistants parlementaires, ou encore comme permanents du parti, avec les ambiguités que cela implique.
Disons-le tout de suite, ces travers valent aussi bien pour la gauche que pour la droite.

En général, quand on leur fait cette analyse, les socialistes sortent tout prêt leur "statut de l’élu" (un "must" du prochain congrès), souvent suivi d’un topo d’usage sur le non-cumul des mandats (non moins "must").

Ces deux solutions, certes intéressantes, ne sont pas tout à fait dans le sujet. Voire, ces réponses sont éclairantes d’un PS qui ne reconnaît guère que le poids politique de celui qui parle (élu ou dirigeant) pour daigner l’entendre.
En réalité, le sujet, c’est bien une forme d’endogamie, celle d’une population centrée sur elle-même, qui, seule, influe dans le parti. Le manque de diversité dans le parti est patente, autant du point de vue "minorités visibles" que sur le plan socio-professionnel, et cette lacune bride sérieusement sa fécondité intellectuelle.

Ces insuffisances expliquent, par exemple, que les socialistes ne savent plus parler de l'entreprise. Leur discours sur ce point ne parle pas aux français, alors que ce lieu de travail représente peu ou prou huit heures au quotidien pour des millions d'entre eux, et alors que l'entreprise peut être le lieu d'une part importante de la transformation sociale. A ce chapitre, on trouve dans les motions des analyses et propositions plus ou moins traditionnelles, toujours  exclusivement du point de vue de la puissance publique, c’est-à-dire le point de vue du parfait petit énarque. Jamais ne sont considérés les mécanismes internes de l’entreprise, dont l’expertise est laissée aux syndicats.

Voilà pourquoi, autre exemple, l’ineffable Larrouturou peine à se faire entendre par l’appareil. Pas issu du même sérail, pas élu, pas chef de courant, Pierre Larrouturou, du point de vue de l’apparatchik socialiste, ne représente rien. Larrouturou doit son ministère de la parole, au sein du PS, essentiellement à l’appui de Michel Rocard, et aussi un peu à son travail il faut le reconnaître. De bonnes raisons finalement pour être au sénat samedi 14 juin, quand il a réuni ses sympathisants (une 50aine de personnes au final) pour faire le point : le succès de sa pétition (signée par un peu tout le monde... il s'agit de "remettre le PS au travail") l’a encouragé à persévérer vers une contribution et pourquoi pas une motion.

Le personnage et sa volonté de rompre avec la glose habituelle pouvait susciter des espoirs, mais il faut bien reconnaître que son texte actuel, s’il dénote par son style direct et factuel, n’est pas exempt des défauts décrits plus haut : discours uniquement macro-économique et peu d’éléments sur le fonctionnement interne au parti.
Sa démonstration économique risque d'être mise sur le même plan que d'autres démonstrations d'autres économistes, et les "leaders" pourraient donc le ranger dans la case "économiste-conseiller pondeur de fiches". Pour éviter cette normalisation il serait souhaitable qu'il sollicite ses amis syndicalistes pour lui fournir un peu de matière dans le domaine de la démocratie sociale par exemple. Par ailleurs, il serait dommage qu’il ne mette pas les pieds dans le plat sur la question de la démocratie interne, lui qui n’a personne à ménager.
Voilà ce que je lui ai dit et j’espère que ces points seront plus développés dans son texte final.

[photo prise dans la "salle Mitterrand", au sénat, qui devrait combler le très larrouturiste Donatien]


Quelques pistes de conduite à tenir pour le PS:

* Lancer des consultations pluri-annuelles, referendums à choix multiples, débattus en sections.

* Le travail doit devenir un objectif contraignant pour les premiers fédéraux, avec un rythme d'au moins 4 conventions organisées au niveau fédéral par an.

* Le secrétariat national doit être resserré, avec une quinzaine de responsables bien identifiés, des objectifs de transparence, de disponibilité, d'ouverture sur la société et aux militants.

* Lancer des auditions publiques, aux niveaux national ou fédéral, destinés à recueillir les expériences d'acteurs variés de la société, sur proposition de ces derniers ou quand l'actualité le commande (plans sociaux, expulsions...), et ce en cherchant à renouveler les interlocuteurs.

* Offensive idéologique de soutien à la prise de risque entrepreneuriale, réinvestir le champ du commentaire d'actualité économique pour dénoncer archaismes managérials et fautes industrielles, promouvoir ceux qui marient progrès humain et progrès de la performance économique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Martin P. - dans PS
commenter cet article

commentaires

Rosa 25/06/2008 13:21

Il y en a un que la France ignore et qui pourrait être un modèleGérard Collombmon maire.

Martin P. 24/06/2008 10:11

@ Marcsi larrouturou veut casser la barraque, tant mieux. pour l'instant je reste dans l'expectativeNB: à la relecture je vois une ambiguitté à clarifier. les auditions publiques ne sont pas des consultations tous azimuts façon "démocratie participative" à la SR. Les "audités" doivent être sélectionnés par les instances idoines et cela doit être assumé.

marc 24/06/2008 09:12

j'avoue que je reste sur ma faim au niveau des propositions... et sans trop m'avancer... les propositions de PL en terme de démocratie interne seront un peu plus ébouriffantes que tes machins de cadres :-)

Martin P. 23/06/2008 23:23

@ Chouka: n'hésite pas, je serais d'ailleurs preneur de tout prolongement d'idée dans ce domaine. le travail collectif est chose complexe, et la première étape est de faire émerger les travailleurs

chouka 23/06/2008 22:47

Très très d'accord. Il faudra que je songe à compléter et reprendre ton anlalyse pour la poursuivre...