Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sauce politique
  • sauce politique
  • : politique
  • Contact

Bande son

musique insérée dans les articles, de circonstance si possible

-


Add to Technorati Favorites


Recherche

29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 23:58
Première note sur l'interview de Julien Dray. impressions.

Julien Dray est entré dans la salle avec l'air de quelqu'un qui sortait d'une engueulade, ou quelque chose de ce genre. Quelque chose ou quelqu'un nous l'avait un peu énervé aurait-on dit. On aura une idée du coupable par la suite.
Romain Pigenel, son assistant parlementaire, nous avait ramené de l'apéro (non alcoolisé) et en ouvrant les canettes on était en train de dire quelques conneries de socialistes pour se détendre, mais dès les premiers mots Julien Dray entra rapidement dans le sujet, en commençant par c'est quoi, en fait, le sujet?
Cette manière de brusquer un peu n'a pas donné le sentiment d'être systématique chez lui mais plutôt une façon parmi d'autres de tâter le terrain, de humer l'ambiance, de sentir les personnes.

Pour tout dire, j'avais vu le bonhomme dans d'autres contextes, de plus loin, mais dans cette salle de taille modeste sa présence se sent, et à l'occasion s'entend. La chose aurait pu être intimidante, mais on est entré dans la discussion comme si nous l'avions déjà entamée peu avant: on était bien là pour causer politique.
Ce qui marque, voire surprend un peu, au fil de cette rencontre en petit comité, c'est de voir que, au moins sur les sujets abordés, Julien Dray ne fait absolument pas semblant d'être convaincu. Cette remarque ne remet pas en cause la capacité de jeu et de calcul dont il ne fait pas de doute qu'il sait faire preuve par ailleurs. Mais dans ce contexte de congrès, même face à des petits blogueurs, il veut avoir raison et ne mégote pas sur les moyens vocaux et gestuels. En cela, disons-le, il y a beaucoup de ce qui fait sa force: contredire un militant, voire l'engueuler, c'est d'une certaine manière le respecter.
La contrepartie, ou ce qui semble être le défaut de cette qualité, est que si Julien Dray croit aux hommes, au contact humain, il peine à persuader ses interlocuteurs qu'il a autant d'appétit, autant de savoir-faire, dans le maniement des idées. Cette image de mécanicien de la politique, il en a conscience et elle le froisse un peu. On en a un peu causé, entre autres sujets, en partant du constat que le récent texte qu'il a signé sur la crise financière n'avait pas eu l'écho qu'il mérite, ce qui est injuste puisqu'il présente l'intéret assez rare de remettre les questions politiques au premier plan de l'analyse sur la crise financière: la politique américaine du logement et du travail par exemple.
Il y a encore beaucoup à écrire ici sur ces échanges, mais retenons que Julien Dray est un militant qui plaide pour un militantisme à hauteur d'homme.
A la fin de cette "interview", après que les blogueurs aient quitté la salle, Juju a ramassé les canettes qui étaient restées sur la table.

edit 30/10.08: j'ai écrit l'article hier après la rdb, j'ai oublié de préciser que l'interview a eu lieu hier soir de 18h à 20h dans les locaux de l'assemblée nationale. Les blogueurs présents étaient Ronald, Vogelsong, Abadinte, Eric, Hervé, Nicolas et Tonnegrande.

Partager cet article

Repost 0
Published by Martin P. - dans PS
commenter cet article

commentaires

voyance par mail 12/05/2016 11:21

Merci de nous apporter de la détente, votre site est merveilleux, je suis tous les jours dessus et j’en vois pas la fin tellement il y a des nouveautés.
Merci pour nous donner autant de bonheur !

Martin P. 31/10/2008 11:49

@ EricMerci pour ton commentaire riche!comme dirait Jospin: "Je suis un rigide qui évolue". La plasticité ne doit pas confiner à la totale liquéfactionSur ton truc de "cygne noir", je veux bien qu'il faut se préparer à l'inattendu, mais c'est un peu une antilogie. ce qui est inattendu, on ne peut pas s'y préparer. autant essayer de comprendre ce qui va se passer à partir des données connues. d'ailleurs, si ceux dont tu parles l'avaient fait, ils auraient anticipé la crise (voir la conférence politis de juin dernier sur ce sujet)Sur la dichotomie un peu schematique mécanique/doctrine, effectivement c'est là dessus que je voulais obtenir des choses et il m'a semblé qu'avec Dray c'est plus fort que lui: la prime à la mécanique. j'ai déjà fait un billet là-dessus, et ce sera l'objet de mon dernier sur Dray:Vive les (ex)trotskistes

Eric 31/10/2008 09:38

A bestiau, bestiau et demi. Tu en es un autre, même si là tu es tombé sur un roc.Comme je te l'ai dit: rester arc bouté sur des idées (liées au passé), ce n'est pas faire évoluer une réflexion.Et j'ajouterai qu'il faut se mettre, dorénavant en mode "cygne noir" (lire le bouquin de Nassim Nicholas Taleb). L'idée de NNT c'est que ce qu'on ne sait pas a peut-être plus d'importance que ce qu'on sait dans l'évaluation d'une situation. Si on applique ça à 2012, il faut penser et prévoir l'événement non à partir de ce qui se passe aujourdh'ui, mais à partir de quelque chose qui sera complètement inédit. Il ne s'agit pas de prolonger des courbes et de se dire aujourd'hui on est là, demain on sera là. Par exemple, personne (ou presque) et en tout cas ni Sarkozy ni royal (ni leurs électeur, ni les journalistes) n'ont prévu la crise financière.C'est à partir de cette volatilité extrême du "réel" et de la situation, qu'il faut préparer la suite.Sinon, à part ce point où je ne suis pas trop d'accord, j'ai repensé à ce que tu disais à Dray sur "sa faiblesse sur le plan conceptuel" (je ne me souviens plus de tes termes exacts et ça me paraît intéressant que tu revienne dessus). Mais je pense que tu touchais là un point important. Notamment si l'on tient compte de la personnalité qu'on avait en face de nous ce soir là. C'est quelqu'un (ça demande à être nuancé) qui est surtout un expert pour mettre un parti en ordre de bataille, pour animer des équipes, mais qui n'est pas là pour alimenter le parti en idées. Enfin, c'est un peu l'impression que j'ai et j'ai cru comprendre que c'était ce que tu lui disais, en y mettant les formes.

Martin P. 30/10/2008 23:00

@ OlivierOui, il a tendance à beaucoup balancer sur les autres mais il ne serait pas indemne si un autre dray du ps se penchait sur son castype froid je dirais pas ça mais j'imagine qu'il peut avoir des attitdes un peu féodales en certaines occasions à cause de sa manière de constituer ses equipes

Olivier P 30/10/2008 19:56

C'est un pro ce mec!Je me souviens des universités GS d'été à Brioude, de ce type froid (pour tout dire carrièriste) entouré de ses affidés, quand Méluche était au milieu des militants.Juju est passé du Lambertisme à la rollex à 25 batons, de la gauche socialiste à Ségolène Royal...Désolé, mais ce type, je l'aime pas