Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sauce politique
  • sauce politique
  • : politique
  • Contact

Bande son

musique insérée dans les articles, de circonstance si possible

-


Add to Technorati Favorites


Recherche

10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 18:10

A l'occasion, le journaliste de compagnie prend un air entendu et pose en cynique avisé: la France fait la pute, mais tout le monde le fait...
Ainsi de la visite de Khadafi.
Il faut bien que le téléspectateur comprenne que la France se vend, comme toutes choses d’ailleurs en ce bas monde, mais que c’est pour faire bouillir la marmite. Et de fait, lui faire acquiescer à ce que les droits de l'homme ne rapportent pas lourd, et admettre que le deal peut lui apporter un poil de pouvoir d'achat en plus, ça reste faisable pour nos communicants de choc.
Le problème est que c'est un cynisme de pacotille: sarko fait peut-être bien la pute, mais c’est surtout la moins chère du marché. BHL et le PS feraient mieux de signaler au télé-citoyen qu'en fait de deal, il s'est fait baiser. Aucun autre chef d'Etat ou de gouvernement n'a eu à inviter Khadafi chez lui pour signer des contrats, et pourtant il s'en est signé! La diplomatie couchnerienne se charge d'ailleurs d'expliquer que c'est pas la France qui a commencé à lui vendre des armes.
Les quelques milliards de contrats qui font tant de bruit complaisant dans les JT français ne coutent en réalité pas très cher à Khadafi, dont les caisses sont, dit-on, remplies d'une centaine de milliards après des années d'embargo, et qui s'apprête à multiplier les dépenses et pas seulement en France, ceci entre autres grâce à l'oeuvre de respectabilisation à marche forcée voulue par cette même France.

Cette singularité, ce discount diplomatique, est un fait confirmé puisque venant après l'affaire Poutine. On sait que quand les autres dirigeants se sont exprimés à son sujet, c'était pour stigmatiser l'absence de démocratie en Russie (il faut dire qu'en fait de démocratie, le principal opposant avait été emprisonné la semaine précédent les élections). Le silence remarqué de l'Elysée, rompu seulement par la confirmation de l'information selon laquelle sarkozy avait félicité Poutine, avait donc déjà contrasté. Autre similitude avec l'affaire lybienne, ces autres pays ne font pourtant pas de moins bonnes affaires avec la Russie, comme l'Allemagne par exemple, ce qui n'empêche pas la chancelière de préciser que "la Russie n'est pas une démocratie". Ayons donc une pensée miséricordieuse pour André Glucksmann (*).


1-sarkozy.jpg
Tout cela est aussi la conséquence d'un problème récurrent chez sarkozy: sa volonté bien trop transparente de vouloir afficher une victoire à chaque sujet abordé. Tout le monde a repéré ses envies pressantes de dire "j'ai gagné", systématiquement.
Des envies manifestement irrépressibles, ce qui fait que le prix exigé pour lui permettre de les satisfaire est de plus en plus élevé. On a déjà signalé plusieurs fois ce syndrôme du faux-dur, et relevé, outre Khadafi, comment le tchadien Déby avait pu en jouer.

Dernier en date, l'épisode colombien ressemble furieusement à ses précédents.
La séquence, on l'a vite oublié, s'est ouverte par un appel d'Uribe à ce que sarkozy se déplace physiquement en Colombie pour négocier avec les FARC. On peut penser que le bougre n'avait rien ignoré des tribulations lybiennes, et jouait avec quelque perversité de la réputation que sarko a prétendu se construire en France sur la base de faits d'armes bidonnés (ou alors "armes" au sens propre).
Le coup de la vidéo a donc surtout eu pour but, de la part de sarko, de se dégager de ce petit piège tactique exploitant sa faiblesse coupable (vouloir faire croire à tout prix au mythe de l'ultime recours
). Il a  donc probablement réagit au-delà de ce qu'il souhaitait, l'invite retorse du président colombien lui ayant forcé la main. Un point qui a échappé aux commentateurs, comme il leur a échappé que ce geste spectaculaire aura été assez mal payé.

On le voit, sarkozy fait passer son propre "prestige" bien avant la vraie résolution des problèmes et la minimisation des risques, et c'est aussi vrai sur le plan intérieur.
Ainsi de l'épisode des régimes spéciaux:
le problème des retraites n'est pas réglé, bien qu'on aie risqué une crise inutile qui aurait hypothéqué son règlement, tout ça pour s'offrir une posture de matamore qui aura finalement fait pschitt.
Ainsi des émeutes dans les banlieues, qui lui permettent toujours de se toucher devant les caméras, mais derrière ses CRS. Des banlieues qui le reste du temps sont prises entre l'asphyxie sous surveillance militaire et le muselage de fait, imposé par une presse tellement shootée au sarkozysme qu'elle ne discerne plus ses hallucinations du réel.

Bref, les français sont des investisseurs politiques qui ont tout misé sur un acteur politique qui vit à crédit, celui de la France, un crédit qu'il sacrifie pour maintenir le sien, personnel, à niveau. Sa cote de popularité est exposée aux obligations pourries. Bientôt, paradoxalement, sarkozy fera pitié, un peu comme un banquier qui a tout misé en subprimes. Avant que cela ne se transforme en krach social, économique, européen, ou banlieusard, il ne nous restera plus qu'à faire une bonne guerre.

-

(*):
Monsieur Glucksmann se veut grand défenseur des tchétchènes, et, entre autres à ce titre, a commis une tribune dans Le Monde en janvier dernier pour annoncer son soutien à sarkozy. Rappelons la teneur de cette tribune:
"
La rupture à droite embrasse la politique internationale non moins que l’intérieure. Curieux avatar du «gaullisme», le fétichisme conservateur cultive le primat des Etats, quoiqu’ils fassent. Cette «realpolitik» sacrifie notre histoire et notre rayonnement aux intérêts à courte vue de ventes d’armes et de contrats pétroliers. A la chute du Mur de Berlin nos dirigeants firent la moue, puis soutinrent leurs alliés génocidaires du Rwanda et décorèrent Vladimir Poutine de la grand croix de la légion d’honneur. Curieuse évolution qui fit de la patrie des droits de l’homme l’apôtre des ordres établis."

Assez savoureux, non?

Et Glucksman de rappeler ces mots de sarkozy lors du "sacre" du 14 janvier:
"Le silence est complice et je ne veux être complice d’aucune dictature"

Partager cet article

Repost 0
Published by Martin P. - dans sarkozy
commenter cet article

commentaires

voyance gratuite en ligne par mail 02/08/2016 10:55

Merci de partager cette information utile! Espérons que vous allez continuer avec le genre de choses que vous faites.

zepo 16/04/2008 20:19

Scuze foi de spammer ton blog, mais la photo du jeuno sarko est tout simplement hilarante !

Loïc 13/02/2008 15:10

Sympa l'article... Une belle analogie avec les supbrimes... Et, il est vrai qu'avec la politique vue par le prisme de plus en plus déformant (car manipulé par les obligations de la communication) des médias, il y a une part de fantasme et de rêve dans notre vision du monde réel... C'est le krach de popularité maintenant...

sopa 18/12/2007 15:02

Carla Bruni nuehttp://resistance2012.canalblog.com/archives/2007/12/18/7275820.htmlDéfilés Carla Bruni Versace et Carla Bruni Lanciahttp://laglandouille.over-blog.com/article-14715365.html

lecridupeuple 12/12/2007 12:45

Bonjour !Ce qui est piquant c'est qu'à l'heure où le prince omniprésident nous vend ses bottages en touches des droits de l'homme au nom d'une réal poliitik commerciale en nous disant que tout cela raménera des emplois en France, Dassault (fabricant faut il le rappeler de l'avion Rafale qui s'affale) et EADS (principal actionnaire dans Airbus) qui sont bénéficiaires (ou potentiels) de ces fameux contrats, parlent de délocaliser une partie de leur production hors de France. Tenir et Résister